Le Psaume 118, « Heureux les hommes intègres dans leurs voies qui marchent suivant la loi du Seigneur ! » en français (AELF) :

Ps 118, 001 : Heureux les hommes intègres dans leurs voies qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Ps 118, 002 : Heureux ceux qui gardent ses exigences, ils le cherchent de tout coeur !
Ps 118, 003 : Jamais ils ne commettent d'injustice, ils marchent dans ses voies.
Ps 118, 004 : Toi, tu promulgues des préceptes à observer entièrement.
Ps 118, 005 : Puissent mes voies s'affermir à observer tes commandements !
Ps 118, 006 : Ainsi je ne serai pas humilié quand je contemple tes volontés.
Ps 118, 007 : D'un coeur droit, je pourrai te rendre grâce, instruit de tes justes décisions.
Ps 118, 008 : Tes commandements, je les observe : ne m'abandonne pas entièrement.
Ps 118, 009 : Comment, jeune, garder pur son chemin ? En observant ta parole.
Ps 118, 010 : De tout mon coeur, je te cherche ; garde-moi de fuir tes volontés.
Ps 118, 011 : Dans mon coeur, je conserve tes promesses pour ne pas faillir envers toi.
Ps 118, 012 : Toi, Seigneur, tu es béni : apprends-moi tes commandements.
Ps 118, 013 : Je fais repasser sur mes lèvres chaque décision de ta bouche.
Ps 118, 014 : Je trouve dans la voie de tes exigences plus de joie que dans toutes les richesses.
Ps 118, 015 : Je veux méditer sur tes préceptes et contempler tes voies.
Ps 118, 016 : Je trouve en tes commandements mon plaisir, je n'oublie pas ta parole.
Ps 118, 017 : Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai, j'observerai ta parole.
Ps 118, 018 : Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi.
Ps 118, 019 : Je suis un étranger sur la terre ; ne me cache pas tes volontés.
Ps 118, 020 : Mon âme a brûlé de désir en tout temps pour tes décisions.
Ps 118, 021 : Tu menaces les orgueilleux, les maudits, ceux qui fuient tes volontés.
Ps 118, 022 : Épargne-moi l'insulte et le mépris : je garde tes exigences.
Ps 118, 023 : Lorsque des grands accusent ton serviteur, je médite sur tes ordres.
Ps 118, 024 : Je trouve mon plaisir en tes exigences : ce sont elles qui me conseillent.
Ps 118, 025 : Mon âme est collée à la poussière ; fais-moi vivre selon ta parole.
Ps 118, 026 : J'énumère mes voies : tu me réponds ; apprends-moi tes commandements.
Ps 118, 027 : Montre-moi la voie de tes préceptes, que je médite sur tes merveilles.
Ps 118, 028 : La tristesse m'arrache des larmes : relève-moi selon ta parole.
Ps 118, 029 : Détourne-moi de la voie du mensonge, fais-moi la grâce de ta loi.
Ps 118, 030 : J'ai choisi la voie de la fidélité, je m'ajuste à tes décisions.
Ps 118, 031 : Je me tiens collé à tes exigences ; Seigneur, garde-moi d'être humilié.
Ps 118, 032 : Je cours dans la voie de tes volontés, car tu mets au large mon coeur.
Ps 118, 033 : Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ; à les garder, j'aurai ma récompense.
Ps 118, 034 : Montre-moi comment garder ta loi, que je l'observe de tout coeur.
Ps 118, 035 : Guide-moi sur la voie de tes volontés, là, je me plais.
Ps 118, 036 : Incline mon coeur vers tes exigences, non pas vers le profit.
Ps 118, 037 : Détourne mes yeux des idoles : que tes chemins me fassent vivre.
Ps 118, 038 : Pour ton serviteur accomplis ta promesse qui nous fera t'adorer.
Ps 118, 039 : Détourne l'insulte qui m'effraie ; tes décisions sont bienfaisantes.
Ps 118, 040 : Vois, j'ai désiré tes préceptes : par ta justice fais-moi vivre.
Ps 118, 041 : Que vienne à moi, Seigneur, ton amour, et ton salut, selon ta promesse.
Ps 118, 042 : J'aurai pour qui m'insulte une réponse, car je m'appuie sur ta parole.
Ps 118, 043 : N'ôte pas de ma bouche la parole de vérité, car j'espère tes décisions.
Ps 118, 044 : J'observerai sans relâche ta loi, toujours et à jamais.
Ps 118, 045 : Je marcherai librement, car je cherche tes préceptes.
Ps 118, 046 : Devant les rois je parlerai de tes exigences et ne serai pas humilié.
Ps 118, 047 : Je trouve mon plaisir en tes volontés, oui, vraiment, je les aime.
Ps 118, 048 : Je tends les mains vers tes volontés, je les aime, je médite sur tes ordres.
Ps 118, 049 : Rappelle-toi ta parole à ton serviteur, celle dont tu fis mon espoir.
Ps 118, 050 : Elle est ma consolation dans mon épreuve : ta promesse me fait vivre.
Ps 118, 051 : Des orgueilleux m'ont accablé de railleries, je n'ai pas dévié de ta loi.
Ps 118, 052 : Je me rappelle tes décisions d'autrefois : voilà ma consolation, Seigneur.
Ps 118, 053 : Face aux impies, la fureur me prend, car ils abandonnent ta loi.
Ps 118, 054 : J'ai fait de tes commandements mon cantique dans ma demeure d'étranger.
Ps 118, 055 : La nuit, je me rappelle ton nom pour observer ta loi.
Ps 118, 056 : Ce qui me revient, Seigneur, c'est de garder tes préceptes.
Ps 118, 057 : Mon partage, Seigneur, je l'ai dit, c'est d'observer tes paroles.
Ps 118, 058 : De tout mon coeur, je quête ton regard : pitié pour moi selon tes promesses.
Ps 118, 059 : J'examine la voie que j'ai prise : mes pas me ramènent à tes exigences.
Ps 118, 060 : Je me hâte, et ne tarde pas, d'observer tes volontés.
Ps 118, 061 : Les pièges de l'impie m'environnent, je n'oublie pas ta loi.
Ps 118, 062 : Au milieu de la nuit, je me lève et te rends grâce pour tes justes décisions.
Ps 118, 063 : Je suis lié à tous ceux qui te craignent et qui observent tes préceptes.
Ps 118, 064 : Ton amour, Seigneur, emplit la terre ; apprends-moi tes commandements.
Ps 118, 065 : Tu fais le bonheur de ton serviteur, Seigneur, selon ta parole.
Ps 118, 066 : Apprends-moi à bien saisir, à bien juger : je me fie à tes volontés.
Ps 118, 067 : Avant d'avoir souffert, je m'égarais ; maintenant, j'observe tes ordres.
Ps 118, 068 : Toi, tu es bon, tu fais du bien : apprends-moi tes commandements.
Ps 118, 069 : Des orgueilleux m'ont couvert de calomnies : de tout coeur, je garde tes préceptes.
Ps 118, 070 : Leur coeur, alourdi, s'est fermé ; moi, je prends plaisir à ta loi.
Ps 118, 071 : C'est pour mon bien que j'ai souffert, ainsi, ai-je appris tes commandements.
Ps 118, 072 : Mon bonheur, c'est la loi de ta bouche, plus qu'un monceau d'or ou d'argent.
Ps 118, 073 : Tes mains m'ont façonné, affermi ; éclaire-moi, que j'apprenne tes volontés.
Ps 118, 074 : A me voir, ceux qui te craignent se réjouissent, car j'espère en ta parole.
Ps 118, 075 : Seigneur, je le sais, tes décisions sont justes ; tu es fidèle quand tu m'éprouves.
Ps 118, 076 : Que j'aie pour consolation ton amour selon tes promesses à ton serviteur !
Ps 118, 077 : Que vienne à moi ta tendresse, et je vivrai : ta loi fait mon plaisir.
Ps 118, 078 : Honte aux orgueilleux qui m'accablent de mensonges ; moi, je médite sur tes préceptes.
Ps 118, 079 : Qu'ils se tournent vers moi, ceux qui te craignent, ceux qui connaissent tes exigences.
Ps 118, 080 : Que j'aie par tes commandements le coeur intègre : alors je ne serai pas humilié.
Ps 118, 081 : Usé par l'attente du salut, j'espère encore ta parole.
Ps 118, 082 : L'oeil usé d'attendre tes promesses, j'ai dit : « Quand vas-tu me consoler ? »
Ps 118, 083 : Devenu comme une outre durcie par la fumée, je l'oublie pas tes commandements.
Ps 118, 084 : Combien de jours ton serviteur vivra-t-il ? quand jugeras-tu mes persécuteurs ? : Ps 118, 085 : Des orgueilleux ont creusé pour moi une fosse au mépris de ta loi.
Ps 118, 086 : Tous tes ordres ne sont que fidélité ; mensonge, mes poursuivants : aide-moi !
Ps 118, 087 : Ils ont failli m'user, me mettre à terre : je n'ai pas abandonné tes préceptes.
Ps 118, 088 : Fais-moi vivre selon ton amour : j'observerai les décrets de ta bouche.
Ps 118, 089 : Pour toujours, ta parole, Seigneur, se dresse dans les cieux.
Ps 118, 090 : Ta fidélité demeure d'âge en âge, la terre que tu fixas tient bon.
Ps 118, 091 : Jusqu'à ce jour, le monde tient par tes décisions : toute chose est ta servante.
Ps 118, 092 : Si je n'avais mon plaisir dans ta loi, je périrais de misère.
Ps 118, 093 : Jamais je n'oublierai tes préceptes : par eux tu me fais vivre.
Ps 118, 094 : Je suis à toi : sauve-moi, car je cherche tes préceptes.
Ps 118, 095 : Des impies escomptent ma perte : moi, je réfléchis à tes exigences.
Ps 118, 096 : De toute perfection, j'ai vu la limite ; tes volontés sont d'une ampleur infinie.
Ps 118, 097 : De quel amour j'aime ta loi : tout le jour je la médite !
Ps 118, 098 : Je surpasse en habileté mes ennemis, car je fais miennes pour toujours tes volontés.
Ps 118, 099 : Je surpasse en sagesse tous mes maîtres, car je médite tes exigences.
Ps 118, 100 : Je surpasse en intelligence les anciens, car je garde tes préceptes.
Ps 118, 101 : Des chemins du mal, je détourne mes pas, afin d'observer ta parole.
Ps 118, 102 : De tes décisions, je ne veux pas m'écarter, car c'est toi qui m'enseignes.
Ps 118, 103 : Qu'elle est douce à mon palais ta promesse : le miel a moins de saveur dans ma bouche !
Ps 118, 104 : Tes préceptes m'ont donné l'intelligence : je hais tout chemin de mensonge.
Ps 118, 105 : Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route.
Ps 118, 106 : Je l'ai juré, je tiendrai mon serment, j'observerai tes justes décisions.
Ps 118, 107 : J'ai vraiment trop souffert, Seigneur ; fais-moi vivre selon ta parole.
Ps 118, 108 : Accepte en offrande ma prière, Seigneur : apprends-moi tes décisions.
Ps 118, 109 : A tout instant j'expose ma vie : je n'oublie rien de ta loi.
Ps 118, 110 : Des impies me tendent un piège : je ne dévie pas de tes préceptes.
Ps 118, 111 : Tes exigences resteront mon héritage, la joie de mon coeur.
Ps 118, 112 : Mon coeur incline à pratiquer tes commandements : c'est à jamais ma récompense.
Ps 118, 113 : Je hais les coeurs partagés ; j'aime ta loi.
Ps 118, 114 : Toi, mon abri, mon bouclier ! j'espère en ta parole.
Ps 118, 115 : Écartez-vous de moi, méchants : je garderai les volontés de mon Dieu.
Ps 118, 116 : Que ta promesse me soutienne, et je vivrai : ne déçois pas mon attente.
Ps 118, 117 : Sois mon appui : je serai sauvé ; j'ai toujours tes commandements devant les yeux.
Ps 118, 118 : Tu rejettes ceux qui fuient tes commandements : leur ruse les égare.
Ps 118, 119 : Tu mets au rebut tous les impies de la terre ; c'est pourquoi j'aime tes exigences.
Ps 118, 120 : Ma chair tremble de peur devant toi : tes décisions m'inspirent la crainte.
Ps 118, 121 : J'ai agi selon le droit et la justice : ne me livre pas à mes bourreaux.
Ps 118, 122 : Assure le bonheur de ton serviteur : que les orgueilleux ne me tourmentent plus !
Ps 118, 123 : Mes yeux se sont usés à guetter le salut et les promesses de ta justice.
Ps 118, 124 : Agis pour ton serviteur selon ton amour, apprends-moi tes commandements.
Ps 118, 125 : Je suis ton serviteur, éclaire-moi : je connaîtrai tes exigences.
Ps 118, 126 : Seigneur, il est temps que tu agisses : on a violé ta loi.
Ps 118, 127 : Aussi j'aime tes volontés, plus que l'or le plus précieux.
Ps 118, 128 : Je me règle sur chacun de tes préceptes, je hais tout chemin de mensonge.
Ps 118, 129 : Quelle merveille, tes exigences, aussi mon âme les garde !
Ps 118, 130 : Déchiffrer ta parole illumine et les simples comprennent.
Ps 118, 131 : La bouche grande ouverte, j'aspire, assoiffé de tes volontés.
Ps 118, 132 : Aie pitié de moi, regarde-moi : tu le fais pour qui aime ton nom.
Ps 118, 133 : Que ta promesse assure mes pas : qu'aucun mal ne triomphe de moi !
Ps 118, 134 : Rachète-moi de l'oppression des hommes, que j'observe tes préceptes.
Ps 118, 135 : Pour ton serviteur que ton visage s'illumine : apprends-moi tes commandements.
Ps 118, 136 : Mes yeux ruissellent de larmes car on n'observe pas ta loi.
Ps 118, 137 : Toi, tu es juste, Seigneur, tu es droit dans tes décisions.
Ps 118, 138 : Tu promulgues tes exigences avec justice, avec entière fidélité.
Ps 118, 139 : Quand mes oppresseurs oublient ta parole, une ardeur me consume.
Ps 118, 140 : Ta promesse tout entière est pure, elle est aimée de ton serviteur.
Ps 118, 141 : Moi, le chétif, le méprisé, je n'oublie pas tes préceptes.
Ps 118, 142 : Justice éternelle est ta justice, et vérité, ta loi.
Ps 118, 143 : La détresse et l'angoisse m'ont saisi ; je trouve en tes volontés mon plaisir.
Ps 118, 144 : Justice éternelle, tes exigences ; éclaire-moi, et je vivrai.
Ps 118, 145 : J'appelle de tout mon coeur : réponds-moi ; je garderai tes commandements.
Ps 118, 146 : Je t'appelle, Seigneur, sauve-moi ; j'observerai tes exigences.
Ps 118, 147 : Je devance l'aurore et j'implore : j'espère en ta parole.
Ps 118, 148 : Mes yeux devancent la fin de la nuit pour méditer sur ta promesse.
Ps 118, 149 : Dans ton amour, Seigneur, écoute ma voix : selon tes décisions fais-moi vivre !
Ps 118, 150 : Ceux qui poursuivent le mal s'approchent, ils s'éloignent de ta loi.
Ps 118, 151 : Toi, Seigneur, tu es proche, tout dans tes ordres est vérité.
Ps 118, 152 : Depuis longtemps je le sais : tu as fondé pour toujours tes exigences.
Ps 118, 153 : Vois ma misère : délivre-moi ; je n'oublie pas ta loi.
Ps 118, 154 : Soutiens ma cause : défends-moi, en ta promesse fais-moi vivre !
Ps 118, 155 : Le salut s'éloigne des impies qui ne cherchent pas tes commandements.
Ps 118, 156 : Seigneur, ta tendresse est sans mesure : selon ta décision fais-moi vivre !
Ps 118, 157 : Ils sont nombreux mes persécuteurs, mes oppresseurs ; je ne dévie pas de tes exigences.
Ps 118, 158 : J'ai vu les renégats : ils me répugnent, car ils ignorent ta promesse.
Ps 118, 159 : Vois combien j'aime tes préceptes, Seigneur, fais-moi vivre selon ton amour !
Ps 118, 160 : Le fondement de ta parole est vérité ; éternelles sont tes justes décisions.
Ps 118, 161 : Des grands me persécutent sans raison ; mon coeur ne craint que ta parole.
Ps 118, 162 : Tel celui qui trouve un grand butin, je me réjouis de tes promesses.
Ps 118, 163 : Je hais, je déteste le mensonge ; ta loi, je l'aime.
Ps 118, 164 : Sept fois chaque jour, je te loue pour tes justes décisions.
Ps 118, 165 : Grande est la paix de qui aime ta loi ; jamais il ne trébuche.
Ps 118, 166 : Seigneur, j'attends de toi le salut : j'accomplis tes volontés.
Ps 118, 167 : Tes exigences, mon âme les observe : oui, vraiment, je les aime.
Ps 118, 168 : J'observe tes exigences et tes préceptes : toutes mes voies sont devant toi.
Ps 118, 169 : Que mon cri parvienne devant toi, éclaire-moi selon ta parole, Seigneur.
Ps 118, 170 : Que ma prière arrive jusqu'à toi ; délivre-moi selon ta promesse.
Ps 118, 171 : Que chante sur mes lèvres ta louange, car tu m'apprends tes commandements.
Ps 118, 172 : Que ma langue redise tes promesses, car tout est justice en tes volontés.
Ps 118, 173 : Que ta main vienne à mon aide, car j'ai choisi tes préceptes.
Ps 118, 174 : J'ai le désir de ton salut, Seigneur : ta loi fait mon plaisir.
Ps 118, 175 : Que je vive et que mon âme te loue ! Tes décisions me soient en aide !
Ps 118, 176 : Je m'égare, brebis perdue : viens chercher ton serviteur. Je n'oublie pas tes volontés.

Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.



Le Psaume 118 (119) en français (La Bible de Jérusalem, 1998) :

Ps 118, 1 : Heureux, impeccables en leur voie, ceux qui marchent dans la loi de Yahvé !
Ps 118, 2 : Heureux, gardant son témoignage, ceux qui le cherchent de tout coeur,
Ps 118, 3 : et qui sans commettre de mal, marchent dans ses voies !
Ps 118, 4 : Toi, tu promulgues tes préceptes, à observer entièrement.
Ps 118, 5 : Puissent mes voies se fixer à observer tes volontés.
Ps 118, 6 : Alors je n'aurai nulle honte en revoyant tous tes commandements.
Ps 118, 7 : Je te rendrai grâce en droiture de coeur, instruit de tes justes jugements.
Ps 118, 8 : Tes volontés, je les veux observer, ne me délaisse pas entièrement.
Ps 118, 9 : Comment, jeune, garder pur son chemin ? À observer ta parole.
Ps 118, 10 : De tout mon coeur c'est toi que je cherche, ne m'écarte pas de tes commandements.
Ps 118, 11 : Dans mon coeur j'ai conservé tes promesses pour ne point faillir envers toi.
Ps 118, 12 : Béni que tu es Yahvé, apprends-moi tes volontés !
Ps 118, 13 : De mes lèvres je les ai tous énumérés, les jugements de ta bouche.
Ps 118, 14 : Dans la voie de ton témoignage j'ai ma joie plus qu'en toute richesse.
Ps 118, 15 : Sur tes préceptes je veux méditer et regarder à tes chemins.
Ps 118, 16 : Je trouve en tes volontés mes délices, je n'oublie pas ta parole.
Ps 118, 17 : Sois bon pour ton serviteur et je vivrai, j'observerai ta parole.
Ps 118, 18 : Ouvre mes yeux : je regarderai aux merveilles de ta loi.
Ps 118, 19 : Etranger que je suis sur la terre, ne me cache pas tes commandements.
Ps 118, 20 : Mon âme se consume à désirer en tout temps tes jugements.
Ps 118, 21 : Tu t'en prends aux superbes, aux maudits, qui sortent de tes commandements.
Ps 118, 22 : Décharge-moi de l'insulte et du mépris, car je garde ton témoignage.
Ps 118, 23 : Que des princes tiennent séance et parlent contre moi, ton serviteur médite tes volontés.
Ps 118, 24 : Ton témoignage, voilà mes délices, tes volontés, mes conseillers.
Ps 118, 25 : Mon âme est collée à la poussière, vivifie-moi selon ta parole.
Ps 118, 26 : J'énumère mes voies, tu me réponds, apprends-moi tes volontés.
Ps 118, 27 : Fais-moi comprendre la voie de tes préceptes, je méditerai sur tes merveilles.
Ps 118, 28 : Mon âme se fond de chagrin, relève-moi selon ta parole.
Ps 118, 29 : Détourne-moi de la voie de mensonge, fais-moi la grâce de ta loi.
Ps 118, 30 : J'ai choisi la voie de vérité, je me conforme à tes jugements.
Ps 118, 31 : J'adhère à ton témoignage, Yahvé, ne me déçois pas.
Ps 118, 32 : Je cours sur la voie de tes commandements, car tu as mis mon coeur au large.
Ps 118, 33 : Enseigne-moi, Yahvé, la voie de tes volontés, je la veux garder en récompense.
Ps 118, 34 : Fais-moi comprendre et que je garde ta loi, que je l'observe de tout coeur.
Ps 118, 35 : Guide-moi au chemin de tes commandements, car j'ai là mon plaisir.
Ps 118, 36 : Infléchis mon coeur vers ton témoignage, et non point vers le gain.
Ps 118, 37 : Libère mes yeux des images de rien, vivifie-moi par ta parole.
Ps 118, 38 : Tiens ta promesse à ton serviteur, afin qu'on te craigne.
Ps 118, 39 : Libère-moi de l'insulte qui m'épouvante, tes jugements sont les bienvenus.
Ps 118, 40 : Voici, j'ai désiré tes préceptes, vivifie-moi par ta justice.
Ps 118, 41 : Que me vienne ton amour, Yahvé, ton salut selon ta promesse !
Ps 118, 42 : Que je riposte à l'insulte par la parole, car je compte sur ta parole.
Ps 118, 43 : N'ôte pas de ma bouche la parole de vérité, car j'espère en tes jugements.
Ps 118, 44 : J'observerai ta loi sans relâche pour toujours et à jamais.
Ps 118, 45 : Je serai au large en ma démarche, car je cherche tes préceptes.
Ps 118, 46 : Devant les rois je parlerai de ton témoignage, et n'aurai nulle honte.
Ps 118, 47 : Tes commandements ont fait mes délices, je les ai beaucoup aimés.
Ps 118, 48 : Je tends les mains vers tes commandements que j'aime, tes volontés, je les médite.
Ps 118, 49 : Rappelle-toi ta parole à ton serviteur, dont tu fis mon espoir.
Ps 118, 50 : Voici ma consolation dans ma misère ta promesse me vivifie.
Ps 118, 51 : Les superbes m'ont bafoué à plaisir, sur ta loi je n'ai pas fléchi.
Ps 118, 52 : Je me rappelle tes jugements d'autrefois, Yahvé, et je me console.
Ps 118, 53 : La fureur me prend devant les impies, qui délaissent ta loi.
Ps 118, 54 : Cantiques pour moi, que tes volontés, en ma demeure d'étranger.
Ps 118, 55 : Je me rappelle dans la nuit ton nom, Yahvé, et j'observe ta loi.
Ps 118, 56 : Voici qui est pour moi garder tes préceptes.
Ps 118, 57 : Ma part, ai-je dit, Yahvé, c'est d'observer tes paroles.
Ps 118, 58 : De tout coeur, je veux attendrir ta face, pitié pour moi selon ta promesse !
Ps 118, 59 : Je fais réflexion sur mes voies et je reviens à ton témoignage.
Ps 118, 60 : Je me hâte et je ne retarde d'observer tes commandements.
Ps 118, 61 : Les filets des impies m'environnent, je n'oublie pas ta loi.
Ps 118, 62 : Je me lève à minuit, te rendant grâce pour tes justes jugements,
Ps 118, 63 : allié que je suis de tous ceux qui te craignent et observent tes préceptes.
Ps 118, 64 : De ton amour, Yahvé, la terre est pleine, apprends-moi tes volontés.
Ps 118, 65 : Tu as fait du bien à ton serviteur, Yahvé, selon ta parole.
Ps 118, 66 : Apprends-moi le bon sens et le savoir, car j'ai foi dans tes commandements.
Ps 118, 67 : Avant d'être affligé je m'égarais, maintenant j'observe ta promesse.
Ps 118, 68 : Toi, le bon, le bienfaisant, apprends-moi tes volontés.
Ps 118, 69 : Les superbes m'engluent de mensonge, moi de tout coeur je garde tes préceptes.
Ps 118, 70 : Leur coeur est épais comme la graisse, moi, ta loi fait mes délices.
Ps 118, 71 : Un bien pour moi, que d'être affligé afin d'apprendre tes volontés.
Ps 118, 72 : Un bien pour moi, que la loi de ta bouche, plus que millions d'or et d'argent.
Ps 118, 73 : Tes mains m'ont fait et fixé, fais-moi comprendre, j'apprendrai tes commandements.
Ps 118, 74 : Qui te craint me voit avec joie, car j'espère en ta parole.
Ps 118, 75 : Je sais, Yahvé, qu'ils sont justes, tes jugements, que tu m'affliges avec vérité.
Ps 118, 76 : Que ton amour me soit consolation, selon ta promesse à ton serviteur !
Ps 118, 77 : Que m'advienne ta tendresse et je vivrai, car ta loi fait mes délices.
Ps 118, 78 : Honte aux superbes qui m'accablent de mensonge ! Moi, je médite tes préceptes.
Ps 118, 79 : Que se tournent vers moi ceux qui te craignent et qui savent ton témoignage !
Ps 118, 80 : Que mon coeur soit impeccable en tes volontés pas de honte alors pour moi.
Ps 118, 81 : Jusqu'au bout mon âme ira pour ton salut, j'espère en ta parole.
Ps 118, 82 : Jusqu'au bout mes yeux pour ta promesse, quand m'auras-tu consolé ?
Ps 118, 83 : Rendu pareil à une outre qu'on enfume, je n'oublie pas tes volontés.
Ps 118, 84 : Combien seront les jours de ton serviteur, quand jugeras-tu mes persécuteurs ?
Ps 118, 85 : Des superbes me creusent des fosses à l'encontre de ta loi.
Ps 118, 86 : Vérité, tous tes commandements : aide-moi, quand le mensonge me persécute.
Ps 118, 87 : On viendrait à bout de moi sur terre, sans que je laisse tes préceptes.
Ps 118, 88 : Selon ton amour vivifie-moi, je garderai le témoignage de ta bouche.
Ps 118, 89 : À jamais, Yahvé, ta parole, immuable aux cieux;
Ps 118, 90 : d'âge en âge, ta vérité; tu fixas la terre, elle subsiste;
Ps 118, 91 : par tes jugements tout subsiste à ce jour, car toute chose est ta servante.
Ps 118, 92 : Si ta loi n'eût fait mes délices, je périssais dans la misère.
Ps 118, 93 : Jamais je n'oublierai tes préceptes, par eux tu me vivifies.
Ps 118, 94 : Je suis tien, sauve-moi, je cherche tes préceptes.
Ps 118, 95 : Que les impies me guettent pour ma perte, je comprends ton témoignage.
Ps 118, 96 : De toute perfection j'ai vu le bout combien large, ton commandement !
Ps 118, 97 : Que j'aime ta loi ! Tout le jour, je la médite.
Ps 118, 98 : Plus que mes ennemis tu me rends sage par ton commandement, toujours mien.
Ps 118, 99 : Plus que tous mes maîtres j'ai la finesse, ton témoignage, je le médite.
Ps 118, 100 : Plus que les anciens j'ai l'intelligence, tous tes préceptes, je les garde.
Ps 118, 101 : À tout chemin de mal je soustrais mes pas, pour observer ta parole.
Ps 118, 102 : De tes jugements je ne me détourne point, car c'est toi qui m'enseignes.
Ps 118, 103 : Qu'elle est douce à mon palais ta promesse, plus que le miel à ma bouche !
Ps 118, 104 : Par tes préceptes j'ai l'intelligence et je hais tout chemin de mensonge.
Ps 118, 105 : Une lampe sur mes pas, ta parole, une lumière sur ma route.
Ps 118, 106 : J'ai juré d'observer, et je tiendrai, tes justes jugements.
Ps 118, 107 : Je suis au fond de la misère, Yahvé, vivifie-moi selon ta parole.
Ps 118, 108 : Agrée l'offrande de ma bouche, Yahvé, apprends-moi tes jugements.
Ps 118, 109 : Mon âme à tout moment entre mes mains, je n'oublie pas ta loi.
Ps 118, 110 : Que les impies me tendent un piège, je ne dévie pas de tes préceptes.
Ps 118, 111 : Ton témoignage est à jamais mon héritage, il est la joie de mon coeur.
Ps 118, 112 : J'infléchis mon coeur à faire tes volontés, récompense pour toujours.
Ps 118, 113 : Je hais les coeurs partagés et j'aime ta loi.
Ps 118, 114 : Toi mon abri, mon bouclier, j'espère en ta parole.
Ps 118, 115 : Détournez-vous de moi, méchants, je veux garder les commandements de mon Dieu.
Ps 118, 116 : Sois mon soutien selon ta promesse et je vivrai, ne fais pas honte à mon attente.
Ps 118, 117 : Sois mon appui et je serai sauvé, mes yeux sur tes volontés sans relâche.
Ps 118, 118 : Tu renverses tous ceux qui sortent de tes volontés, mensonge est leur calcul.
Ps 118, 119 : Tu considères comme une rouille tous les impies de la terre, aussi j'aime ton témoignage.
Ps 118, 120 : De ton effroi tremble ma chair, sous tes jugements je crains.
Ps 118, 121 : Mon action fut jugement et justice, ne me livre pas à mes bourreaux.
Ps 118, 122 : À ton serviteur sois allié pour le bien, que les superbes ne me torturent.
Ps 118, 123 : Jusqu'au bout vont mes yeux pour ton salut, pour ta promesse de justice.
Ps 118, 124 : Agis avec ton serviteur selon ton amour, apprends-moi tes volontés.
Ps 118, 125 : Je suis ton serviteur, fais-moi comprendre, et je saurai ton témoignage.
Ps 118, 126 : Il est temps d'agir, Yahvé on a violé ta loi.
Ps 118, 127 : Aussi j'aime tes commandements, plus que l'or et que l'or fin.
Ps 118, 128 : Aussi je me règle sur tous tes préceptes et je hais tout chemin de mensonge.
Ps 118, 129 : Merveille que ton témoignage; aussi mon âme le garde.
Ps 118, 130 : Ta parole en se découvrant illumine, et les simples comprennent.
Ps 118, 131 : J'ouvre large ma bouche et j'aspire, avide de tes commandements.
Ps 118, 132 : Regarde vers moi, pitié pour moi, c'est justice pour les amants de ton nom.
Ps 118, 133 : Fixe mes pas dans ta promesse, que ne triomphe de moi le mal.
Ps 118, 134 : Rachète-moi de la torture de l'homme, j'observerai tes préceptes.
Ps 118, 135 : Pour ton serviteur illumine ta face, apprends-moi tes volontés.
Ps 118, 136 : Mes yeux ruissellent de larmes, car on n'observe pas ta loi.
Ps 118, 137 : O juste que tu es, Yahvé ! Droiture que tes jugements.
Ps 118, 138 : Tu imposes comme justice ton témoignage, comme entière vérité.
Ps 118, 139 : Mon zèle me consume, car mes oppresseurs oublient ta parole.
Ps 118, 140 : Ta promesse est éprouvée entièrement, ton serviteur la chérit.
Ps 118, 141 : Chétif que je suis et méprisé, je n'oublie pas tes préceptes.
Ps 118, 142 : Justice éternelle que ta justice, vérité que ta loi.
Ps 118, 143 : Angoisse, oppression m'ont saisi, tes commandements font mes délices.
Ps 118, 144 : Justice éternelle que ton témoignage, fais-moi comprendre et je vivrai.
Ps 118, 145 : J'appelle de tout coeur, réponds-moi, Yahvé, je garderai tes volontés.
Ps 118, 146 : Je t'appelle, sauve-moi, j'observerai ton témoignage.
Ps 118, 147 : Je devance l'aurore et j'implore, j'espère en ta parole.
Ps 118, 148 : Mes yeux devancent les veilles pour méditer sur ta promesse.
Ps 118, 149 : En ton amour écoute ma voix, Yahvé, en tes jugements vivifie-moi.
Ps 118, 150 : Ils s'approchent de l'infamie, mes persécuteurs, ils s'éloignent de ta loi.
Ps 118, 151 : Tu es proche, toi, Yahvé, vérité que tous tes commandements.
Ps 118, 152 : Dès longtemps, j'ai su de ton témoignage qu'à jamais tu l'as fondé.
Ps 118, 153 : Vois ma misère, délivre-moi, car je n'oublie pas ta loi.
Ps 118, 154 : Plaide ma cause, défends-moi, en ta promesse vivifie-moi.
Ps 118, 155 : Il est loin des impies, le salut, ils ne recherchent pas tes volontés.
Ps 118, 156 : Nombreuses tes tendresses, Yahvé, en tes jugements vivifie-moi.
Ps 118, 157 : Nombreux mes persécuteurs, mes oppresseurs, je n'ai pas fléchi sur ton témoignage.
Ps 118, 158 : J'ai vu les renégats, ils m'écoeurent, ils n'observent pas ta promesse.
Ps 118, 159 : Vois si j'aime tes préceptes, Yahvé, en ton amour vivifie-moi.
Ps 118, 160 : Vérité, le principe de ta parole ! Pour l'éternité, tes justes jugements.
Ps 118, 161 : Des princes me persécutent sans raison, mon coeur redoute ta parole.
Ps 118, 162 : Joie pour moi dans ta promesse, comme à trouver grand butin.
Ps 118, 163 : Le mensonge, je le hais, je l'exècre, ta loi, je l'aime.
Ps 118, 164 : Sept fois le jour, je te loue pour tes justes jugements.
Ps 118, 165 : Grande paix pour les amants de ta loi, pour eux rien n'est scandale.
Ps 118, 166 : J'attends ton salut, Yahvé, tes commandements, je les suis.
Ps 118, 167 : Mon âme observe ton témoignage, je l'aime entièrement.
Ps 118, 168 : J'observe tes préceptes, ton témoignage, toutes mes voies sont devant toi.
Ps 118, 169 : Que mon cri soit proche de ta face, Yahvé, par ta parole fais-moi comprendre.
Ps 118, 170 : Que ma prière arrive devant ta face, par ta promesse délivre-moi.
Ps 118, 171 : Que mes lèvres publient ta louange, car tu m'apprends tes volontés.
Ps 118, 172 : Que ma langue redise ta promesse, car tous tes commandements sont justice.
Ps 118, 173 : Que ta main me soit en aide, car j'ai choisi tes préceptes.
Ps 118, 174 : J'ai désir de ton salut, Yahvé, ta loi fait mes délices.
Ps 118, 175 : Que vive mon âme à te louer, tes jugements me soient en aide !
Ps 118, 176 : Je m'égare, brebis perdue viens chercher ton serviteur. Non, je n'ai pas oublié tes commandements.

Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.


Le Psaume 118 (119) en latin « Beati immaculati in via » (La Vulgate) :

Ps 118, 1 : Alleluia aleph beati inmaculati in via qui ambulant in lege Domini
Ps 118, 2 : beati qui scrutantur testimonia eius in toto corde exquirent eum
Ps 118, 3 : non enim qui operantur iniquitatem in viis eius ambulaverunt
Ps 118, 4 : tu mandasti mandata tua custodire nimis
Ps 118, 5 : utinam dirigantur viae meae ad custodiendas iustificationes tuas
Ps 118, 6 : tunc non confundar cum perspexero in omnibus mandatis tuis
Ps 118, 7 : confitebor tibi in directione cordis in eo quod didici iudicia iustitiae tuae
Ps 118, 8 : iustificationes tuas custodiam non me derelinquas usquequaque
Ps 118, 9 : beth in quo corriget adulescentior viam suam in custodiendo sermones tuos
Ps 118, 10 : in toto corde meo exquisivi te non repellas me a mandatis tuis
Ps 118, 11 : in corde meo abscondi eloquia tua ut non peccem tibi
Ps 118, 12 : benedictus es Domine doce me iustificationes tuas
Ps 118, 13 : in labiis meis pronuntiavi omnia iudicia oris tui
Ps 118, 14 : in via testimoniorum tuorum delectatus sum sicut in omnibus divitiis
Ps 118, 15 : in mandatis tuis exercebor et considerabo vias tuas
Ps 118, 16 : in iustificationibus tuis meditabor non obliviscar sermones tuos
Ps 118, 17 : gimel retribue servo tuo vivifica me et custodiam sermones tuos
Ps 118, 18 : revela oculos meos et considerabo mirabilia de lege tua
Ps 118, 19 : incola ego sum in terra non abscondas a me mandata tua
Ps 118, 20 : concupivit anima mea desiderare iustificationes tuas in omni tempore
Ps 118, 21 : increpasti superbos maledicti qui declinant a mandatis tuis
Ps 118, 22 : aufer a me obprobrium et contemptum quia testimonia tua exquisivi
Ps 118, 23 : etenim sederunt principes et adversum me loquebantur servus autem tuus exercebatur in iustificationibus tuis
Ps 118, 24 : nam et testimonia tua meditatio mea et consilium meum iustificationes tuae
Ps 118, 25 : deleth adhesit pavimento anima mea vivifica me secundum verbum tuum
Ps 118, 26 : vias meas enuntiavi et exaudisti me doce me iustificationes tuas
Ps 118, 27 : viam iustificationum tuarum instrue me et exercebor in mirabilibus tuis
Ps 118, 28 : dormitavit anima mea prae taedio confirma me in verbis tuis
Ps 118, 29 : viam iniquitatis amove a me et lege tua miserere mei
Ps 118, 30 : viam veritatis elegi iudicia tua non sum oblitus
Ps 118, 31 : adhesi testimoniis tuis Domine noli me confundere
Ps 118, 32 : viam mandatorum tuorum cucurri cum dilatasti cor meum
Ps 118, 33 : he legem pone mihi Domine viam iustificationum tuarum et exquiram eam semper
Ps 118, 34 : da mihi intellectum et scrutabor legem tuam et custodiam illam in toto corde meo
Ps 118, 35 : deduc me in semita mandatorum tuorum quia ipsam volui
Ps 118, 36 : inclina cor meum in testimonia tua et non in avaritiam
Ps 118, 37 : averte oculos meos ne videant vanitatem in via tua vivifica me
Ps 118, 38 : statue servo tuo eloquium tuum in timore tuo
Ps 118, 39 : amputa obprobrium meum quod suspicatus sum quia iudicia tua iucunda
Ps 118, 40 : ecce concupivi mandata tua in aequitate tua vivifica me
Ps 118, 41 : vav et veniat super me misericordia tua Domine salutare tuum secundum eloquium tuum
Ps 118, 42 : et respondebo exprobrantibus mihi verbum quia speravi in sermonibus tuis
Ps 118, 43 : et ne auferas de ore meo verbum veritatis usquequaque quia in iudiciis tuis supersperavi
Ps 118, 44 : et custodiam legem tuam semper in saeculum et in saeculum saeculi
Ps 118, 45 : et ambulabam in latitudine quia mandata tua exquisivi
Ps 118, 46 : et loquebar in testimoniis tuis in conspectu regum et non confundebar
Ps 118, 47 : et meditabar in mandatis tuis quae dilexi
Ps 118, 48 : et levavi manus meas ad mandata quae dilexi et exercebar in iustificationibus tuis
Ps 118, 49 : zai memor esto verbi tui servo tuo in quo mihi spem dedisti
Ps 118, 50 : haec me consolata est in humilitate mea quia eloquium tuum vivificavit me
Ps 118, 51 : superbi inique agebant usquequaque a lege autem tua non declinavi
Ps 118, 52 : memor fui iudiciorum tuorum a saeculo Domine et consolatus sum
Ps 118, 53 : defectio tenuit me prae peccatoribus derelinquentibus legem tuam
Ps 118, 54 : cantabiles mihi erant iustificationes tuae in loco peregrinationis meae
Ps 118, 55 : memor fui in nocte nominis tui Domine et custodivi legem tuam
Ps 118, 56 : haec facta est mihi quia iustificationes tuas exquisivi
Ps 118, 57 : heth portio mea Dominus dixi custodire legem tuam
Ps 118, 58 : deprecatus sum faciem tuam in toto corde meo miserere mei secundum eloquium tuum
Ps 118, 59 : cogitavi vias meas et avertisti pedes meos in testimonia tua
Ps 118, 60 : paratus sum et non sum turbatus ut custodiam mandata tua
Ps 118, 61 : funes peccatorum circumplexi sunt me et legem tuam non sum oblitus
Ps 118, 62 : media nocte surgebam ad confitendum tibi super iudicia iustificationis tuae
Ps 118, 63 : particeps ego sum omnium timentium te et custodientium mandata tua
Ps 118, 64 : misericordia Domini plena est terra iustificationes tuas doce me
Ps 118, 65 : teth bonitatem fecisti cum servo tuo Domine secundum verbum tuum
Ps 118, 66 : bonitatem et disciplinam et scientiam doce me quia mandatis tuis credidi
Ps 118, 67 : priusquam humiliarer ego deliqui propterea eloquium tuum custodivi
Ps 118, 68 : bonus es tu et in bonitate tua doce me iustificationes tuas
Ps 118, 69 : multiplicata est super me iniquitas superborum ego autem in toto corde scrutabor mandata tua
Ps 118, 70 : coagulatum est sicut lac cor eorum ego vero legem tuam meditatus sum
Ps 118, 71 : bonum mihi quia humiliasti me ut discam iustificationes tuas
Ps 118, 72 : bonum mihi lex oris tui super milia auri et argenti
Ps 118, 73 : ioth manus tuae fecerunt me et plasmaverunt me da mihi intellectum et discam mandata tua
Ps 118, 74 : qui timent te videbunt me et laetabuntur quia in verba tua supersperavi
Ps 118, 75 : cognovi Domine quia aequitas iudicia tua et veritate humiliasti me
Ps 118, 76 : fiat misericordia tua ut consoletur me secundum eloquium tuum servo tuo
Ps 118, 77 : veniant mihi miserationes tuae et vivam quia lex tua meditatio mea est
Ps 118, 78 : confundantur superbi quia iniuste iniquitatem fecerunt in me ego autem exercebor in mandatis tuis
Ps 118, 79 : convertantur mihi timentes te et qui noverunt testimonia tua
Ps 118, 80 : fiat cor meum inmaculatum in iustificationibus tuis ut non confundar
Ps 118, 81 : caf defecit in salutare tuum anima mea in verbum tuum supersperavi
Ps 118, 82 : defecerunt oculi mei in eloquium tuum dicentes quando consolaberis me
Ps 118, 83 : quia factus sum sicut uter in pruina iustificationes tuas non sum oblitus
Ps 118, 84 : quot sunt dies servo tuo quando facies de persequentibus me iudicium
Ps 118, 85 : narraverunt mihi iniqui fabulationes sed non ut lex tua
Ps 118, 86 : omnia mandata tua veritas inique persecuti sunt me adiuva me
Ps 118, 87 : paulo minus consummaverunt me in terra ego autem non dereliqui mandata tua
Ps 118, 88 : secundum misericordiam tuam vivifica me et custodiam testimonia oris tui
Ps 118, 89 : lamed in aeternum Domine verbum tuum permanet in caelo
Ps 118, 90 : in generationem et generationem veritas tua fundasti terram et permanet
Ps 118, 91 : ordinatione tua perseverat dies quoniam omnia serviunt tibi
Ps 118, 92 : nisi quod lex tua meditatio mea est tunc forte perissem in humilitate mea
Ps 118, 93 : in aeternum non obliviscar iustificationes tuas quia in ipsis vivificasti me
Ps 118, 94 : tuus sum ego salvum me fac quoniam iustificationes tuas exquisivi
Ps 118, 95 : me expectaverunt peccatores ut perderent me testimonia tua intellexi
Ps 118, 96 : omni consummationi vidi finem latum mandatum tuum nimis
Ps 118, 97 : mem quomodo dilexi legem tuam tota die meditatio mea est
Ps 118, 98 : super inimicos meos prudentem me fecisti mandato tuo quia in aeternum mihi est
Ps 118, 99 : super omnes docentes me intellexi quia testimonia tua meditatio mea est
Ps 118, 100 : super senes intellexi quia mandata tua quaesivi
Ps 118, 101 : ab omni via mala prohibui pedes meos ut custodiam verba tua
Ps 118, 102 : a iudiciis tuis non declinavi quia tu legem posuisti mihi
Ps 118, 103 : quam dulcia faucibus meis eloquia tua super mel ori meo
Ps 118, 104 : a mandatis tuis intellexi propterea odivi omnem viam iniquitatis
Ps 118, 105 : nun lucerna pedibus meis verbum tuum et lumen semitis meis
Ps 118, 106 : iuravi et statui custodire iudicia iustitiae tuae
Ps 118, 107 : humiliatus sum usquequaque Domine vivifica me secundum verbum tuum
Ps 118, 108 : voluntaria oris mei beneplacita fac Domine et iudicia tua doce me
Ps 118, 109 : anima mea in manibus meis semper et legem tuam non sum oblitus
Ps 118, 110 : posuerunt peccatores laqueum mihi et de mandatis tuis non erravi
Ps 118, 111 : hereditate adquisivi testimonia tua in aeternum quia exultatio cordis mei sunt
Ps 118, 112 : inclinavi cor meum ad faciendas iustificationes tuas in aeternum propter retributionem
Ps 118, 113 : samech iniquos odio habui et legem tuam dilexi
Ps 118, 114 : adiutor meus et susceptor meus es tu in verbum tuum supersperavi
Ps 118, 115 : declinate a me maligni et scrutabor mandata Dei mei
116 : suscipe me secundum eloquium tuum et vivam et non confundas me ab expectatione mea
Ps 118, 117 : adiuva me et salvus ero et meditabor in iustificationibus tuis semper
Ps 118, 118 : sprevisti omnes discedentes a iustitiis tuis quia iniusta cogitatio eorum
Ps 118, 119 : praevaricantes reputavi omnes peccatores terrae ideo dilexi testimonia tua
Ps 118, 120 : confige timore tuo carnes meas a iudiciis enim; tuis timui
Ps 118, 121 : ain feci iudicium et iustitiam non tradas me calumniantibus me
Ps 118, 122 : suscipe servum tuum in bonum non calumnientur me superbi
Ps 118, 123 : oculi mei defecerunt in salutare tuum et in eloquium iustitiae tuae
Ps 118, 124 : fac cum servo tuo secundum misericordiam tuam et iustificationes tuas doce me
Ps 118, 125 : servus tuus sum ego da mihi intellectum et sciam testimonia tua
Ps 118, 126 : tempus faciendi Domino dissipaverunt legem tuam
Ps 118, 127 : ideo dilexi mandata tua super aurum et topazion
Ps 118, 128 : propterea ad omnia mandata tua dirigebar omnem viam iniquam odio habui
Ps 118, 129 : fe mirabilia testimonia tua ideo scrutata est ea anima mea
Ps 118, 130 : declaratio sermonum tuorum inluminat et intellectum dat parvulis
Ps 118, 131 : os meum aperui et adtraxi spiritum quia mandata tua desiderabam
Ps 118, 132 : aspice in me et miserere mei secundum iudicium diligentium nomen tuum
Ps 118, 133 : gressus meos dirige secundum eloquium tuum et non dominetur mei omnis iniustitia
Ps 118, 134 : redime me a calumniis hominum et custodiam mandata tua
Ps 118, 135 : faciem tuam inlumina super servum tuum et doce me iustificationes tuas
Ps 118, 136 : exitus aquarum deduxerunt oculi mei quia non custodierunt legem tuam
Ps 118, 137 : sade iustus es Domine et rectum iudicium tuum
Ps 118, 138 : mandasti iustitiam testimonia tua et veritatem tuam nimis
Ps 118, 139 : tabescere me fecit zelus meus quia obliti sunt verba tua inimici mei
Ps 118, 140 : ignitum eloquium tuum vehementer et servus tuus dilexit illud
Ps 118, 141 : adulescentulus sum ego et contemptus iustificationes tuas non sum oblitus
Ps 118, 142 : iustitia tua iustitia in aeternum et lex tua veritas
Ps 118, 143 : tribulatio et angustia invenerunt me mandata tua meditatio mea
Ps 118, 144 : aequitas testimonia tua in aeternum intellectum da mihi et vivam
Ps 118, 145 : cof clamavi in toto corde exaudi me Domine iustificationes tuas requiram
Ps 118, 146 : clamavi te salvum me fac et custodiam mandata tua
Ps 118, 147 : praeveni in maturitate et clamavi in verba tua supersperavi
Ps 118, 148 : praevenerunt oculi mei ad diluculum ut meditarer eloquia tua
Ps 118, 149 : vocem meam audi secundum misericordiam tuam Domine secundum iudicium tuum vivifica me
Ps 118, 150 : adpropinquaverunt persequentes me iniquitate a lege autem tua longe facti sunt
Ps 118, 151 : prope es tu Domine et omnes viae tuae veritas
Ps 118, 152 : initio cognovi de testimoniis tuis quia in aeternum fundasti ea
Ps 118, 153 : res vide humilitatem meam et eripe me quia legem tuam non sum oblitus
Ps 118, 154 : iudica iudicium meum et redime me propter eloquium tuum vivifica me
Ps 118, 155 : longe a peccatoribus salus quia iustificationes tuas non exquisierunt
Ps 118, 156 : misericordiae tuae multae Domine secundum iudicia tua vivifica me
Ps 118, 157 : multi qui persequuntur me et tribulant me a testimoniis tuis non declinavi
Ps 118, 158 : vidi praevaricantes et tabescebam quia eloquia tua non custodierunt
Ps 118, 159 : vide quoniam mandata tua dilexi Domine in misericordia tua vivifica me
Ps 118, 160 : principium verborum tuorum veritas et in aeternum omnia iudicia iustitiae tuae
Ps 118, 161 : sen principes persecuti sunt me gratis et a verbis tuis formidavit cor meum
Ps 118, 162 : laetabor ego super eloquia tua sicut qui invenit spolia multa
Ps 118, 163 : iniquitatem odio habui et abominatus sum legem autem tuam dilexi
Ps 118, 164 : septies in die laudem dixi tibi super iudicia iustitiae tuae
Ps 118, 165 : pax multa diligentibus legem tuam et non est illis scandalum
Ps 118, 166 : expectabam salutare tuum Domine et mandata tua dilexi
Ps 118, 167 : custodivit anima mea testimonia tua et dilexi ea vehementer
Ps 118, 168 : servavi mandata tua et testimonia tua quia omnes viae meae in conspectu tuo
Ps 118, 169 : thau adpropinquet deprecatio mea in conspectu tuo Domine iuxta eloquium tuum da mihi intellectum
Ps 118, 170 : intret postulatio mea in conspectu tuo secundum eloquium tuum eripe me
Ps 118, 171 : eructabunt labia mea hymnum cum docueris me iustificationes tuas
Ps 118, 172 : pronuntiabit lingua mea eloquium tuum quia omnia mandata tua aequitas
Ps 118, 173 : fiat manus tua ut salvet me quoniam mandata tua elegi
Ps 118, 174 : concupivi salutare tuum Domine et lex tua meditatio mea
Ps 118, 175 : vivet anima mea et laudabit te et iudicia tua adiuvabunt me
Ps 118, 176 : erravi sicut ovis quae periit quaere servum tuum quia mandata tua non sum oblitus

Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen.



La Méditation du Psaume 118 (119) par Benoît XVI lors de sa Catéchèse du Mercredi 9 novembre 2011

Dans la catéchèse d’aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur le Psaume 119 selon la tradition hébraïque, 118 selon la tradition gréco-latine : un Psaume très particulier, unique en son genre. Il l’est tout d’abord en raison de sa longueur : il est en effet composé de 176 versets divisés en 22 strophes de huit versets chacune. Il a ensuite la particularité d’être un « acrostiche alphabétique » : c’est-à-dire qu’il est construit selon l’alphabet hébraïque, qui est composé de 22 lettres. Chaque strophe correspond à une lettre de cet alphabet, et c’est avec cette lettre que commence la première parole des huit versets de la strophe. Il s’agit d’une construction littéraire originale et très difficile, dans laquelle l’auteur du Psaume a dû déployer toute sa bravoure.

Mais ce qui pour nous est le plus important est la thématique centrale de ce Psaume : il s’agit en effet d’un chant imposant et solennel sur la Torah du Seigneur, c’est-à-dire sur sa Loi, un terme qui, dans son acception la plus ample et complète, doit être compris comme enseignement, instruction, directive de vie. La Torah est révélation, elle est Parole de Dieu qui interpelle l’homme et en provoque la réponse d’obéissance confiante et d’amour généreux. Et ce Psaume est entièrement parcouru par l’amour pour la Parole de Dieu, célébrant sa beauté, sa force salvifique, sa capacité de donner la joie et la vie. Parce que la Loi divine n’est pas un lourd joug d’esclavage, mais un don de grâce qui rend libres et conduit au bonheur : « Je trouve en tes volontés mes délices, je n'oublie pas ta parole » , affirme le psalmiste (v. 16), et ensuite : « Guide-moi au chemin de tes commandements, car j'ai là mon plaisir » (v. 35), et encore : « Que j'aime ta loi ! Tout le jour, je la médite » (v. 97). La Loi du Seigneur, sa Parole, est le centre de la vie de l’orant. Dans celle-ci, il trouve le réconfort, il en fait l’objet de sa méditation, il la conserve dans son cœur : « Dans mon cœur j'ai conservé tes promesses pour ne point faillir envers toi » (v. 11), tel est le secret du bonheur du psalmiste ; et il ajoute ensuite encore : « Les superbes m'engluent de mensonge, moi de tout cœur je garde tes préceptes » (v. 69).

La fidélité du psalmiste naît de l’écoute de la Parole, qu’il faut conserver dans son cœur, en la méditant et en l’aimant, précisément comme Marie, qui « conservait, en les méditant dans son cœur » les paroles qui lui avaient été adressées et les événements merveilleux dans lesquels Dieu se révélait, demandant son assentiment de foi (cf. Lc 2, 19.51). Et si notre Psaume commence les premiers versets en proclamant « heureux » « ceux qui marchent dans la loi du Seigneur » (v. 1b) « gardant son témoignage » (v. 2a), c’est encore la Vierge Marie qui porte à son accomplissement la figure parfaite du croyant décrite par le psalmiste. En effet, c’est Elle la véritable « bienheureuse », proclamée telle par Elisabeth, car elle « a cru en l'accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur ! » (Lc 1, 45), et c’est à Elle et à sa foi que Jésus lui-même rend témoignage quand, à la femme qui s’était écriée : « Heureuses les entrailles qui t'ont porté », il répond : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et l'observent ! » (Lc 11, 27-28). Marie est assurément bienheureuse car elle a porté le Sauveur en son sein, mais surtout parce qu’elle a accueilli l’annonce de Dieu, parce qu’elle a été une gardienne attentive et pleine d’amour de sa Parole.

Le psaume 119 se développe donc entièrement autour de cette Parole de vie et de béatitude. Si son thème central est la « Parole » et la « Loi » du Seigneur, à côté de ces termes reviennent dans presque tous les versets des synonymes tels que « préceptes », « volontés », « commandements », « témoignage », « promesses », « jugements ». Puis de nombreux verbes se rapportant à eux, comme observer, garder, comprendre, connaître, aimer, méditer, vivre. Tout l’alphabet défile à travers les 22 strophes de ce Psaume, et également tout le vocabulaire du rapport confiant du croyant avec Dieu. Nous y trouvons la louange, l’action de grâce, la confiance, mais également la supplique et la lamentation, mais toujours animées par la certitude de la grâce divine et de la puissance de la Parole de Dieu. Les versets les plus marqués par la douleur et par le sens d’obscurité demeurent eux aussi ouverts à l’espérance et sont empreints de foi. « Mon âme est collée à la poussière, vivifie-moi selon ta parole » (v. 25), prie le psalmiste avec confiance ; « Rendu pareil à une outre qu'on enfume, je n'oublie pas tes volontés » (v. 83), est le cri du croyant. Même si elle est mise à l’épreuve, sa fidélité trouve sa force dans la Parole du Seigneur : « Que je riposte à l'insulte par la parole, car je compte sur ta parole » (v. 42), affirme-t-il avec fermeté ; et même face à la perspective angoissante de la mort, les commandements du Seigneur sont son point de référence et son espérance de victoire : « On viendrait à bout de moi sur terre, sans que je laisse tes préceptes » (v. 87).

La loi divine, objet de l’amour passionné du psalmiste et de tout croyant, est source de vie. Le désir de la comprendre, de l’observer, d’orienter vers elle tout son être est la caractéristique de l’homme juste et fidèle au Seigneur, qui « murmure sa loi jour et nuit » comme le récite le Psaume 1 (v. 2) : la loi de Dieu est une loi qu’il faut garder « sur le cœur », comme le dit le célèbre texte du Shema dans le Deutéronome : « Ecoute, Israël... Que ces paroles que je te dicte aujourd'hui restent dans ton cœur ! Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout » (6, 4.6-7).

Centre de l’existence, la Loi de Dieu exige l’écoute du cœur, une écoute faite d’obéissance non servile, mais filiale, confiante, consciente. L’écoute de la Parole est une rencontre personnelle avec le Seigneur de la vie, une rencontre qui doit se traduire en choix concrets et devenir un chemin et une sequela. Lorsqu’on lui demande ce qu’il faut faire pour avoir la vie éternelle, Jésus indique la voie de l’observation de la Loi, mais en indiquant comment faire pour la porter à sa plénitude : « Une seule chose te manque : va, ce que tu as, vends-le et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis, viens, suis-moi » (Mc 10, 21 et par.). L’accomplissement de la Loi est de suivre Jésus, d’aller sur le chemin de Jésus, en compagnie de Jésus.

Le Psaume 119 nous conduit donc à la rencontre avec le Seigneur et nous oriente vers l’Evangile. Il comporte un verset sur lequel je voudrais à présent m’arrêter ; c’est le v. 57 : « Le Seigneur est ma part ; j’ai décidé d’observer tes paroles » . Dans d’autres psaumes également, l’orant affirme que le Seigneur est sa « part », son héritage : « Seigneur, ma part d'héritage et ma coupe » , récite le Psaume 16 (v. 5a), « roc de mon cœur, ma part, Dieu à jamais » , telle est la proclamation du fidèle dans le psaume 73 (v. 26) et encore, dans le Psaume 142, le psalmiste crie au Seigneur : « Toi, mon abri, ma part dans la terre des vivants » (v. 6b).

Ce terme de « part » évoque l’événement de la répartition de la terre promise entre les tribus d’Israël, lorsqu’aux Lévites ne fut assignée aucune portion du territoire, parce que leur « part » était le Seigneur lui-même. Deux textes du Pentateuque sont explicites à cet égard, et utilisent le terme en question : « Le Seigneur dit à Aaron : “Tu n'auras point d'héritage dans leur pays, il n'y aura pas de part pour toi au milieu d'eux. C'est moi qui serai ta part et ton héritage au milieu des Israélites” », déclare le Livre des Nombres (18, 20), et le Deutéronome répète : « Aussi n'y eut-il pas pour Lévi de part ni d'héritage avec ses frères : c'est le Seigneur qui est son héritage comme le Seigneur ton Dieu le lui a dit » (Dt 10, 9; cf. Dt 18, 2; Jos 13, 33; Ez 44, 28).

Les prêtres, qui appartiennent à la tribu de Lévi, ne peuvent pas être propriétaires de terres dans le pays que Dieu donnait en héritage à son peuple en réalisant la promesse faite à Abraham (cf. Gn 12, 1-7). La possession de la terre, élément fondamental de stabilité et de possibilité de survie, était un signe de bénédiction, parce qu’elle impliquait la possibilité de construire une maison, d’y faire grandir des enfants, de cultiver les champs et de vivre des fruits de la terre. Or les Lévites, médiateurs du sacré et de la bénédiction divine, ne peuvent pas posséder, comme les autres Israélites, ce signe extérieur de la bénédiction et cette source de subsistance. Entièrement donnés au Seigneur, ils doivent vivre uniquement de Lui, abandonnés à son amour providentiel et à la générosité des frères, sans avoir droit à l’héritage parce que Dieu est leur part d’héritage, Dieu est leur terre, qui les fait vivre en plénitude.

Et à présent, l’orant du Psaume 119 applique à lui-même cette réalité : « Le Seigneur est ma part » . Son amour pour Dieu et pour sa Parole le conduit au choix radical d’avoir le Seigneur comme unique bien, ainsi que de conserver ses paroles comme un don précieux, plus précieux que tout héritage, et que toute possession terrestre. Notre verset peut, en effet, être traduit de deux façons et pourrait être rendu également de la manière suivante : « Ma part, Seigneur, je l’ai dit, c’est d’observer tes paroles » . Les deux traductions ne sont pas contradictoires, mais se complètent même l’une l’autre : le psalmiste affirme que le Seigneur est sa part mais qu’observer, conserver les paroles aussi est son héritage, comme il le dira ensuite au v. 111 : « Tes exigences resteront mon héritage, la joie de mon cœur » . Là est le bonheur du psalmiste : à lui, comme aux Lévites, a été donnée comme part d’héritage la Parole de Dieu.

Très chers frères et sœurs, ces versets sont d’une grande importance aujourd’hui aussi pour nous tous. Tout d’abord pour les Prêtres, appelés à vivre uniquement du Seigneur et de sa Parole, sans autre sécurité, en L’ayant comme unique bien et seule source de vraie vie. Dans cette lumière, on comprend le libre choix du célibat pour le Royaume des cieux à redécouvrir dans sa beauté et sa force. Mais ces versets sont importants aussi pour tous les fidèles, peuple de Dieu appartenant à Lui seul, « royaume de prêtres » pour le Seigneur (cf. 1P 2, 9; Ap 1, 6; 5, 10), appelés à la radicalité de l’Evangile, témoins de la vie portée par le Christ, nouveau et définitif « Souverain prêtre » qui s’est offert en sacrifice pour le salut du monde (cf. He 2, 17; 4, 14-16; 5, 5-10; 9, 11sqq). Le Seigneur et sa Parole : ce sont notre « terre », où vivre dans la communion et dans la joie.

Laissons donc le Seigneur placer dans notre cœur cet amour pour sa Parole, et nous donner d’avoir toujours au centre de notre existence Lui et sa sainte volonté. Demandons que notre prière et toute notre vie soient éclairées par la Parole de Dieu, lampe pour nos pas et lumière pour notre chemin, comme le dit le Psaume 119 (cf. v. 105), afin que notre voyage soit sûr, dans la terre des hommes. Et que Marie, qui a accueilli et engendré la Parole, soit pour nous un guide et un réconfort, étoile polaire qui indique la voix du bonheur. Ainsi soit-il.