Le Psaume 36 (37) : « Ne t'indigne pas à la vue des méchants, n'envie pas les gens malhonnêtes » en français (AELF) :

Psaume 36, 01 : Ne t'indigne pas à la vue des méchants, n'envie pas les gens malhonnêtes ;
Psaume 36, 02 : aussi vite que l'herbe, ils se fanent ; comme la verdure, ils se flétrissent.
Psaume 36, 03 : Fais confiance au Seigneur, agis bien, habite la terre et reste fidèle ;
Psaume 36, 04 : mets ta joie dans le Seigneur : il comblera les désirs de ton coeur.
Psaume 36, 05 : Dirige ton chemin vers le Seigneur, fais-lui confiance, et lui, il agira.
Psaume 36, 06 : Il fera lever comme le jour ta justice, et ton droit comme le plein midi.
Psaume 36, 07 : Repose-toi sur le Seigneur et compte sur lui. Ne t'indigne pas devant celui qui réussit, devant l'homme qui use d'intrigues.
Psaume 36, 08 : Laisse ta colère, calme ta fièvre, ne t'indigne pas : il n'en viendrait que du mal ;
Psaume 36, 09 : les méchants seront déracinés, mais qui espère le Seigneur possédera la terre.
Psaume 36, 10 : Encore un peu de temps : plus d'impie ; tu pénètres chez lui : il n'y est plus.
Psaume 36, 11 : Les doux posséderont la terre et jouiront d'une abondante paix.
Psaume 36, 12 : L'impie peut intriguer contre le juste et grincer des dents contre lui,
Psaume 36, 13 : le Seigneur se moque du méchant car il voit son jour qui arrive.
Psaume 36, 14 : L'impie a tiré son épée, il a tendu son arc pour abattre le pauvre et le faible, pour tuer l'homme droit.
Psaume 36, 15 : Mais l'épée lui entrera dans le coeur, et son arc se brisera.
Psaume 36, 16 : Pour le juste, avoir peu de biens vaut mieux que la fortune des impies.
Psaume 36, 17 : Car le bras de l'impie sera brisé, mais le Seigneur soutient les justes.
Psaume 36, 18 : Il connaît les jours de l'homme intègre qui recevra un héritage impérissable.
Psaume 36, 19 : Pas de honte pour lui aux mauvais jours ; aux temps de famine, il sera rassasié.
Psaume 36, 20 : Mais oui, les impies disparaîtront comme la parure des prés ; c'en est fini des ennemis du Seigneur : ils s'en vont en fumée.
Psaume 36, 21 : L'impie emprunte et ne rend pas ; le juste a pitié : il donne.
Psaume 36, 22 : Ceux qu'il bénit posséderont la terre, ceux qu'il maudit seront déracinés.
Psaume 36, 23 : Quand le Seigneur conduit les pas de l'homme, ils sont fermes et sa marche lui plaît.
Psaume 36, 24 : S'il trébuche, il ne tombe pas car le Seigneur le soutient de sa main.
Psaume 36, 25 : Jamais, de ma jeunesse à mes vieux jours, je n'ai vu le juste abandonné ni ses enfants mendier leur pain.
Psaume 36, 26 : Chaque jour il a pitié, il prête ; ses descendants seront bénis.
Psaume 36, 27 : Évite le mal, fais ce qui est bien, et tu auras une habitation pour toujours,
Psaume 36, 28 : car le Seigneur aime le bon droit, il n'abandonne pas ses amis. Ceux-là seront préservés à jamais, les descendants de l'impie seront déracinés.
Psaume 36, 29 : Les justes posséderont la terre et toujours l'habiteront.
Psaume 36, 30 : Les lèvres du juste redisent la sagesse et sa bouche énonce le droit.
Psaume 36, 31 : La loi de son Dieu est dans son coeur ; il va, sans craindre les faux pas.
Psaume 36, 32 : Les impies guettent le juste, ils cherchent à le faire mourir.
Psaume 36, 33 : Mais le Seigneur ne saurait l'abandonner ni le laisser condamner par ses juges.
Psaume 36, 34 : Espère le Seigneur, et garde son chemin : il t'élèvera jusqu'à posséder la terre ; tu verras les impies déracinés.
Psaume 36, 35 : J'ai vue l'impie dans sa puissance se déployer comme un cèdre vigoureux.
Psaume 36, 36 : Il a passé, voici qu'il n'est plus ; je l'ai cherché, il est introuvable.
Psaume 36, 37 : Considère l'homme droit, vois l'homme intègre : un avenir est promis aux pacifiques.
Psaume 36, 38 : Les pécheurs seront tous déracinés, et l'avenir des impies, anéanti.
Psaume 36, 39 : Le Seigneur est le salut pour les justes, leur abri au temps de la détresse.
Psaume 36, 40 : Le Seigneur les aide et les délivre, il les délivre de l'impie, il les sauve, car ils cherchent en lui leur refuge.

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.


Le Psaume 36 (37) en français (La Bible de Jérusalem, 1998) :

Ps 36, 1 : De David. Ne t'échauffe pas contre les méchants, ne jalouse pas les artisans de fausseté :
Ps 36, 2 : vite comme l'herbe ils sont fanés, flétris comme le vert des prés.
Ps 36, 3 : Compte sur Yahvé et agis bien, habite la terre et vis tranquille,
Ps 36, 4 : mets en Yahvé ta réjouissance il t'accordera plus que les désirs de ton cœur.
Ps 36, 5 : Remets ton sort à Yahvé, compte sur lui, il agira;
Ps 36, 6 : il produira ta justice comme le jour, comme le midi ton droit.
Ps 36, 7 : Sois calme devant Yahvé et attends-le, ne t'échauffe pas contre le parvenu, l'homme qui use d'intrigues.
Ps 36, 8 : Trêve à la colère, renonce au courroux, ne t'échauffe pas, ce n'est que mal;
Ps 36, 9 : car les méchants seront extirpés, qui espère Yahvé possédera la terre.
Ps 36, 10 : Encore un peu, et plus d'impie, tu t'enquiers de sa place, il n'est plus;
Ps 36, 11 : mais les humbles posséderont la terre, réjouis d'une grande paix.
Ps 36, 12 : L'impie complote contre le juste et grince des dents contre lui;
Ps 36, 13 : le Seigneur se moque de lui, car il voit venir son jour.
Ps 36, 14 : Les impies tirent l'épée, ils tendent l'arc, pour égorger l'homme droit, pour renverser le pauvre et le petit;
Ps 36, 15 : l'épée leur entrera au cœur et leurs arcs seront brisés.
Ps 36, 16 : Mieux vaut un peu pour le juste que tant de fortune pour l'impie;
Ps 36, 17 : car les bras de l'impie seront brisés, mais Yahvé soutient les justes.
Ps 36, 18 : Yahvé connaît les jours des parfaits, éternel sera leur héritage;
Ps 36, 19 : pas de honte pour eux aux mauvais jours, dans la famine ils seront rassasiés.
Ps 36, 20 : Cependant les impies périront, eux, les ennemis de Yahvé; ils s'en iront comme la parure des prés, en fumée ils s'en iront.
Ps 36, 21 : L'impie emprunte et ne rend pas, le juste a pitié, il donne;
Ps 36, 22 : ceux qu'il bénit posséderont la terre, ceux qu'il maudit seront extirpés.
Ps 36, 23 : Yahvé mène les pas de l'homme, ils sont fermes et sa marche lui plaît;
Ps 36, 24 : quand il tombe, il ne reste pas terrassé, car Yahvé le soutient par la main.
Ps 36, 25 : J'étais jeune, et puis j'ai vieilli, je n'ai pas vu le juste abandonné, ni sa lignée cherchant du pain.
Ps 36, 26 : Tout le jour il a pitié, il prête, sa lignée sera en bénédiction !
Ps 36, 27 : Evite le mal, agis bien, tu auras une habitation pour toujours;
Ps 36, 28 : car Yahvé aime le droit, il n'abandonne pas ses amis. Les malfaisants seront détruits à jamais et la lignée des impies extirpée;
Ps 36, 29 : les justes posséderont la terre, là ils habiteront pour toujours.
Ps 36, 30 : La bouche du juste murmure la sagesse et sa langue dit le droit;
Ps 36, 31 : la loi de son Dieu dans son cœur, ses pas ne chancellent point.
Ps 36, 32 : L'impie guette le juste et cherche à le faire mourir;
Ps 36, 33 : à sa main Yahvé ne l'abandonne, ne le laisse en justice condamner.
Ps 36, 34 : Espère Yahvé et observe sa voie, il t'exaltera pour que tu possèdes la terre tu verras les impies extirpés.
Ps 36, 35 : J'ai vu l'impie forcené s'élever comme un cèdre du Liban;
Ps 36, 36 : je suis passé, voici qu'il n'était plus, je l'ai cherché, on ne l'a pas trouvé.
Ps 36, 37 : Regarde le parfait, vois l'homme droit il y a pour le pacifique une postérité;
Ps 36, 38 : mais les pécheurs seront tous anéantis, la postérité des impies extirpée.
Ps 36, 39 : Le salut des justes vient de Yahvé, leur lieu fort au temps de l'angoisse;
Ps 36, 40 : Yahvé les aide et les délivre, il les délivrera des impies, il les sauvera quand ils s'abritent en lui.

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.


Le Psaume 36 (37) en latin : (La Vulgate)

Ps 36, 1 : ipsi David noli aemulari in malignantibus neque zelaveris facientes iniquitatem
Ps 36, 2 : quoniam tamquam faenum velociter arescent et quemadmodum holera herbarum cito decident
Ps 36, 3 : spera in Domino et fac bonitatem et inhabita terram et pasceris in divitiis eius
Ps 36, 4 : delectare in Domino et dabit tibi petitiones cordis tui
Ps 36, 5 : revela Domino viam tuam et spera in eum et ipse faciet
Ps 36, 6 : et educet quasi lumen iustitiam tuam et iudicium tuum tamquam meridiem
Ps 36, 7 : subditus esto Domino et ora eum noli aemulari in eo qui prosperatur in via sua in homine faciente iniustitias
Ps 36, 8 : desine ab ira et derelinque furorem noli aemulari ut maligneris
Ps 36, 9 : quoniam qui malignantur exterminabuntur sustinentes autem Dominum ipsi hereditabunt terram
Ps 36, 10 : et adhuc pusillum et non erit peccator et quaeres locum eius et non invenies
Ps 36, 11 : mansueti autem hereditabunt terram et delectabuntur in multitudine pacis
Ps 36, 12 : observabit peccator iustum et stridebit super eum dentibus suis
Ps 36, 13 : Dominus autem inridebit eum quia prospicit quoniam veniet dies eius
Ps 36, 14 : gladium evaginaverunt peccatores intenderunt arcum suum ut decipiant pauperem et inopem ut trucident rectos corde
Ps 36, 15 : gladius eorum intret in corda ipsorum et arcus ipsorum confringatur
Ps 36, 16 : melius est modicum iusto super divitias peccatorum multas
Ps 36, 17 : quoniam brachia peccatorum conterentur confirmat autem iustos Dominus
Ps 36, 18 : novit Dominus dies inmaculatorum et hereditas eorum in aeternum erit
Ps 36, 19 : non confundentur in tempore malo et in diebus famis saturabuntur
Ps 36, 20 : quia peccatores peribunt inimici vero Domini mox honorificati fuerint et exaltati deficientes quemadmodum fumus defecerunt
Ps 36, 21 : mutuabitur peccator et non solvet iustus autem miseretur et tribuet
Ps 36, 22 : quia benedicentes ei hereditabunt terram maledicentes autem ei disperibunt
Ps 36, 23 : apud Dominum gressus hominis dirigentur et viam eius volet
Ps 36, 24 : cum ceciderit non conlidetur quia Dominus subponit manum suam
Ps 36, 25 : iunior fui et senui et non vidi iustum derelictum nec semen eius quaerens panes
Ps 36, 26 : tota die miseretur et commodat et semen illius in benedictione erit
Ps 36, 27 : declina a malo et fac bonum et inhabita in saeculum saeculi
Ps 36, 28 : quia Dominus amat iudicium et non derelinquet sanctos suos in aeternum conservabuntur iniusti punientur et semen impiorum peribit
Ps 36, 29 : iusti autem hereditabunt terram et inhabitabunt in saeculum saeculi; super eam
Ps 36, 30 : os iusti meditabitur sapientiam et lingua eius loquetur iudicium
Ps 36, 31 : lex Dei eius in corde ipsius et non subplantabuntur gressus eius
Ps 36, 32 : considerat peccator iustum et quaerit mortificare eum
Ps 36, 33 : Dominus autem non derelinquet eum in manus eius nec damnabit eum cum iudicabitur illi
Ps 36, 34 : expecta Dominum et custodi viam eius et exaltabit te ut hereditate capias terram cum perierint peccatores videbis
Ps 36, 35 : vidi impium superexaltatum et elevatum sicut cedros Libani
Ps 36, 36 : et transivi et ecce non erat et quaesivi eum et non est inventus locus eius
Ps 36, 37 : custodi innocentiam et vide aequitatem quoniam sunt reliquiae homini pacifico
Ps 36, 38 : iniusti autem disperibunt simul reliquiae impiorum peribunt
Ps 36, 39 : salus autem iustorum a Domino et protector eorum in tempore tribulationis
Ps 36, 40 : et adiuvabit eos Dominus et liberabit eos et eruet eos a peccatoribus et salvabit eos quia speraverunt in eo

Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto. Sicut erat in principio, et nunc, et semper, et in saecula saeculorum. Amen.


Commentaires sur le Psaume 36 du Fr. Hervé Tremblay o.p. du Collège universitaire dominicain à Ottawa :

À ceux qui sont découragés par l’injustice en ce monde et par le problème du bonheur des méchants, le Ps 36 répond en un long poème de 40 versets de style sapientiel et un peu répétitif. Dans la perspective de la seule rétribution terrestre, il y avait là pour l’auteur une énigme qu’il tente de résoudre. Un sage vieillard fait part de son expérience sur un ton intimiste qui n’hésite pas à utiliser le « je » (v.25.35-36) pour assurer le croyant qu’en se confiant en Dieu il a choisi la voie juste, alors que le méchant fabrique sa propre ruine. Malgré le titre qui attribue (encore !) le psaume à David, on s’accorde à y voir un écrit postexilique, surtout à cause de l’alphabétisme et de l’importance accordée à l’étude de la loi et de la sagesse (v.30-31). Il s’agit d’un psaume alphabétique dans lequel chacune des 22 strophes (habituellement de 4 vers) commence, en ordre, par une des lettres de l’alphabet hébreu (cf. Ps 25 ; 34). Ici, ce procédé littéraire a peut-être été un carcan pour l’auteur puisqu’il semble se contenter de répéter la même idée de diverses manières. Mais le poème est bien structuré en trois grandes parties : la partie centrale à l’indicatif (v.10-33) est encadrée de deux séries d’impératifs (v.1-9 et 34-40).

1- Les impératifs du début (v.1-9) sont d’abord négatifs (v.1-2) : « Ne t’échauffe pas, ne jalouse pas » (Pr 3,31 ; 23,17 ; 24,1.19 ; Ml 2,17 ; 3,13-21 ; Si 9,11-12), puis positifs (v.3-9) : « fais confiance, fais le bien, habite la terre, reste fidèle ». Le juste est invité à considérer le faux bonheur de l’impie (Ps 49,17-18 ; 92,8 ; Jb 20,5) et la fugacité du méchant, évoquée à travers deux images classiques : l’herbe (v.2.20.35-36) et, au v.20, la fumée (Ps 90,5-6 ; 92,8 ; 102,5.12 ; 103,15-16 ; 129,6 ; Is 40,7 ; Jb 8,12 ; 14,2 ; 18,16 ; Jc 1,11). Le psaume demande au juste de vivre tranquille (v.3), de remettre son sort au Seigneur (v.4) et (v.7) d’attendre en paix l’intervention de Dieu (Ps 39,2-3 ; 62 ; 73 ; 130,5 ; Is 7,4 ; 30,15 ; Lm 3,26).

2- Partie centrale : le ton exhortatif passe à celui d’un enseignement sur la rétribution.

• Premier point (v.10-20) : l’opposition entre le sort de l’impie et celui du juste (Ps 49 ; 73 ; Jb 21) : le juste est moralement droit, silencieux, religieux, calme et patient, sobre et généreux, mais le méchant est injuste, comploteur, assassin, fortuné, malhonnête et terrible. La différence, c’est que le bonheur de l’impie ne dure pas tandis que les humbles posséderont la terre. L’impie auteur de sa propre ruine est une idée fréquente dans la littérature sapientielle (Jb 4,8 ; 15,35 ; Ps 7,15-17 ; 9,16 ; 35,7-8 ; 57,7 ; Pr 5,22 ; 14,32 ; 22,8 ; 26,27 ; Qo 10,8-9 ; Sg 11,16 ; 12,23 ; Si 27,25-27).

• Deuxième point (v.21-26) : renversement de situation, générosité et bénédiction distinguent le juste (Ps 112,5 ; Tb 4,7-11 ; Si 29,1-2.9). Au v.23 (// Pr 20,24), Dieu guide le juste dans l’existence et écarte les obstacles de sa route (cf. Ps 34), s’il tombe, Dieu le relève (Ps 145,14).

• Troisième point (v.27-33) : le Seigneur ne délaisse jamais ses amis. Aux v.30-31 le bonheur du juste dépend avant tout de son attachement au Seigneur et à sa loi (Ps 1,1-2 ; 19,8-11 ; 119).

3- Impératifs de la fin (v.34-40) : exhortations et promesses : espère le Seigneur et sois fidèle. Au v.35 la comparaison de l’arbre est fréquente (Jb 20,6-7 ; Ps 92,13 ; Is 2,12-13 ; Éz 31).

Le Ps 36 est donc une réflexion sur un thème éminemment sapientiel qui traverse tout l’Ancien Testament : la doctrine de la rétribution selon laquelle Dieu récompense automatiquement les justes ici-bas, tandis qu’il punit automatiquement les impies ici-bas. Cette conception est peut-être simpliste, mais elle a longtemps répondu à la question de la justice avant la croyance en un au-delà où chacun recevra selon ses œuvres. Évidemment, l’expérience a souvent contredit la doctrine de la rétribution puisque bien des méchants vivaient riches. gras et en santé toute leur vie. Aussi, la sagesse biblique y a vu un défi à sa foi en un Dieu juste. Le débat sur la doctrine de la rétribution sera repris par Qohélet (8,11-14), par Jérémie (12,1-2), par Habaquq (1,2-4) et surtout par tout le livre de Job.

L’auteur du psaume défend-il la thèse traditionnelle ? Peut-être pas autant qu’on pourrait croire. Un réponse qu’il apporte au problème, c’est de le considérer à long terme. Pour le moment, le méchant triomphe, mais cela ne saurait durer. Le nœud de l’argumentation du Ps 36 se situe dans cette ligne : ne sois pas impatient ! La rétribution viendra même si elle n’est pas encore évidente maintenant. Ensuite le psalmiste donne à la rétribution une signification spirituelle et non plus uniquement sociale qui, donc, se réfère moins à la condition matérielle qu’à un état ou une condition spirituelle. Ainsi, le juste peut ne pas être dans l’abondance (v.16) et même subir les attaques de l’ennemi (v.12.14.32) ; son bonheur se trouve plus haut, dans la fidélité même (v.3.27.30-31.37) au Dieu en qui il met ses délices (v.4), à qui il a confié son sort (v.5.7.34.39-40) et dont il attend réconfort et assistance (v.4.6.17.19.28-29.34.37). L’auteur parle des « pauvres du Seigneur » ou des « doux » (v.11.14.16). Ainsi, la récompense que les justes reçoivent du Seigneur n’est pas nécessairement d’ordre matériel, elle peut consister en des consolations spirituelles qui proviennent de l’intimité avec Dieu.

L’expression « posséder la terre » revient souvent (v.9.11.22.29.34 ; cf. v.3). Ce thème tient beaucoup de place dans la littérature biblique (cf. Ps 16,5 ; 25,13 ; Dt 1,8.21 ; 6,1.3.18 ; 8,1 ; 11,8-32 ; 16,20 ; 2 S 14,16 ; 20,19 ; 1 R 8,36 ; Jr 3,19), où il s’agit sans doute de la terre promise. Le bonheur c’est de posséder un coin de terre, de vivre tranquillement dans sa maison et de jouir des produits de la terre (Ps 128 ; Is 7,21-22 ; 14,30 ; 65,21-23 ; Os 14,5-9). Mais déjà dans le Deutéronome et ailleurs (Is 57,13 ; 60,21), l’expression semble déjà s’être comme affranchie de son sens primitif et de son support territorial et en est venue à signifier simplement « goûter le bonheur ». Ainsi, on enseigne que ceux qui réussissent en ce monde ne sont pas ceux qu’on pense, ceux qui accumulent richesses et bien-être, mais ces pauvres qui n’ont d’autre souci que de rester fidèles au Seigneur (v.9.28), justes (v.17.23.30), irréprochables (v.18.28). Ces pauvres extérieurs sont au dedans les vrais riches puisqu’ils possèdent le seul vrai bonheur. De là chez le psalmiste désireux de répondre au scandale du juste devant le succès de l’impie, d’enseigner que la vraie rétribution est d’un autre ordre. À bien y réfléchir, le scandale causé par la réussite du méchant fait ressortir le bonheur du juste. La thèse de la rétribution est donc juste : c’est vrai que ceux qui sont fidèles au Seigneur sont heureux et que l’infidélité entraîne le malheur.

Le psalmiste a-t-il voulu donner à son poème une orientation eschatologique ? Dans ce cas, Dieu offrira à ses fidèles ce que désirent leur cœur (v.4) et les mettra en possession définitive de la terre du bonheur éternel (v.9.18.22.27.29.34). Là ils seront pleinement rassasiés (v.19) et jouiront d’une grande paix (v.11). D’un autre côté cependant, en ce jour-là, Dieu privera à jamais les impies de ces biens (v.9.10.15.17.22.28.36.38). Il ne s’agirait ici tout au plus que une mince ouverture vers l’au-delà qui se développera davantage dans les livres suivants.

Le Nouveau Testament a repris l’essentiel du Ps 36 dans la béatitude de Mt 5,4. Ici, comme aussi en Rm 4,13 ou Hb 11,9-10.13-16, la terre devient le royaume des cieux, le ciel.


Fr. Hervé Tremblay o.p. du Collège universitaire dominicain à Ottawa