Le Psaume 43 (44) en français (La Bible de Jérusalem, 1998) :

Ps 43, 1 : Du maître de chant. Des fils de Coré. Poème.
Ps 43, 2 : O Dieu, nous avons ouï de nos oreilles, nos pères nous ont raconté l'oeuvre que tu fis de leurs jours, aux jours d'autrefois,
Ps 43, 3 : et par ta main. Pour les planter, tu expulsas des nations, pour les étendre, tu malmenas des peuples;
Ps 43, 4 : ni leur épée ne conquit le pays, ni leur bras n'en fit des vainqueurs, mais ce furent ta droite et ton bras et la lumière de ta face, car tu les aimais.
Ps 43, 5 : C'est toi, mon Roi, mon Dieu, qui décidais les victoires de Jacob;
Ps 43, 6 : par toi, nous enfoncions nos adversaires, par ton nom, nous piétinions nos agresseurs.
Ps 43, 7 : Ni dans mon arc n'était ma confiance, ni mon épée ne me fit vainqueur;
Ps 43, 8 : par toi nous vainquions nos adversaires, tu couvrais nos ennemis de honte;
Ps 43, 9 : en Dieu nous jubilions tout le jour, célébrant sans cesse ton nom.
Ps 43, 10 : Et pourtant, tu nous as rejetés et bafoués, tu ne sors plus avec nos armées;
Ps 43, 11 : tu nous fais reculer devant l'adversaire, nos ennemis ont pillé à cœur joie.
Ps 43, 12 : Comme animaux de boucherie tu nous livres et parmi les nations tu nous as dispersés;
Ps 43, 13 : tu vends ton peuple à vil prix sans t'enrichir à ce marché.
Ps 43, 14 : Tu fais de nous l'insulte de nos voisins, fable et risée de notre entourage;
Ps 43, 15 : tu fais de nous le proverbe des nations, hochement de tête parmi les peuples.
Ps 43, 16 : Tout le jour, mon déshonneur est devant moi et la honte couvre mon visage,
Ps 43, 17 : sous les clameurs d'insulte et de blasphème, au spectacle de la haine et de la vengeance.
Ps 43, 18 : Tout cela nous advint sans t'avoir oublié, sans avoir trahi ton alliance,
Ps 43, 19 : sans que nos cœurs soient revenus en arrière, sans que nos pas aient quitté ton sentier
Ps 43, 20 : tu nous broyas au séjour des chacals, nous couvrant de l'ombre de la mort.
Ps 43, 21 : Si nous avions oublié le nom de notre Dieu, tendu les mains vers un dieu étranger,
Ps 43, 22 : est-ce que Dieu ne l'eût pas aperçu, lui qui sait les secrets du cœur ?
Ps 43, 23 : C'est pour toi qu'on nous massacre tout le jour, qu'on nous traite en moutons d'abattoir.
Ps 43, 24 : Lève-toi, pourquoi dors-tu, Seigneur ? Réveille-toi, ne rejette pas jusqu'à la fin !
Ps 43, 25 : Pourquoi caches-tu ta face, oublies-tu notre oppression, notre misère ?
Ps 43, 26 : Car notre âme est effondrée en la poussière, notre ventre est collé à la terre.
Ps 43, 27 : Debout, viens à notre aide, rachète-nous en raison de ton amour !

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.



Le Psaume 43 (44) en français (AELF : Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones) :

Ps 43, 02 : Dieu, nous avons entendu dire, + et nos pères nous ont raconté, * quelle action tu accomplis de leur temps, aux jours d'autrefois.
Ps 43, 03 : Toi, par ta main, tu as dépossédé les nations, + et ils purent s'implanter ; * et tu as malmené des peuplades, et ils purent s'étendre.
Ps 43, 04 : Ce n'était pas leur épée qui possédait le pays, + ni leur bras qui les rendait vainqueurs, * mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face, car tu les aimais.
Ps 43, 05 : Toi, Dieu, tu es mon roi, * tu décides des victoires de Jacob :
Ps 43, 06 : avec toi, nous battions nos ennemis ; par ton nom, nous écrasions nos adversaires.
Ps 43, 07 : Ce n'est pas sur mon arme que je compte, ni sur mon épée, pour la victoire.
Ps 43, 08 : Tu nous as donné de vaincre l'adversaire, tu as couvert notre ennemi de honte.
Ps 43, 09 : Dieu était notre louange, tout le jour : sans cesse nous rendions grâce à ton nom.
Ps 43, 10 : Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes, tu ne sors plus avec nos armées.
Ps 43, 11 : Tu nous fais plier devant l'adversaire, et nos ennemis emportent le butin.
Ps 43, 12 : Tu nous traites en bétail de boucherie, tu nous disperses parmi les nations.
Ps 43, 13 : Tu vends ton peuple à vil prix, sans que tu gagnes à ce marché.
Ps 43, 14 : Tu nous exposes aux sarcasmes des voisins, aux rires, aux moqueries de l'entourage.
Ps 43, 15 : Tu fais de nous la fable des nations ; les étrangers haussent les épaules.
Ps 43, 16 : Tout le jour, ma déchéance est devant moi, la honte couvre mon visage,
Ps 43, 17 : sous les sarcasmes et les cris de blasphème, sous les yeux de l'ennemi qui se venge.
Ps 43, 18 : Tout cela est venu sur nous sans que nous t'ayons oublié : nous n'avions pas trahi ton alliance.
Ps 43, 19 : Notre cœur ne s'était pas détourné et nos pieds n'avaient pas quitté ton chemin
Ps 43, 20 : quand tu nous poussais au milieu des chacals et nous couvrais de l'ombre de la mort.
Ps 43, 21 : Si nous avions oublié le nom de notre Dieu, tendu les mains vers un dieu étranger,
Ps 43, 22 : Dieu ne l'eût-il pas découvert, lui qui connaît le fond des cœurs ?
Ps 43, 23 : C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt, qu'on nous traite en bétail d'abattoir.
Ps 43, 24 : Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ? Lève-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours.
Ps 43, 25 : Pourquoi détourner ta face, oublier notre malheur, notre misère ?
Ps 43, 26 : Oui, nous mordons la poussière, notre ventre colle à la terre.
Ps 43, 27 : Debout ! Viens à notre aide ! Rachète-nous, au nom de ton amour.

Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.



Le Psaume 43 (44) en latin (La Vulgate) :

Ps 43, 01 : In finem filiis Core ad intellectum
Ps 43, 02 : Deus auribus nostris audivimus patres nostri adnuntiaverunt nobis opus quod operatus es in diebus eorum in diebus antiquis
Ps 43, 03 : manus tua gentes disperdit et plantasti eos adflixisti populos et expulisti eos
Ps 43, 04 : nec enim in gladio suo possederunt terram et brachium eorum non salvavit eos sed dextera tua et brachium tuum et inluminatio faciei tuae quoniam conplacuisti in eis
Ps 43, 05 : tu es ipse rex meus et Deus meus qui mandas salutes Iacob
Ps 43, 06 : in te inimicos nostros ventilabimus cornu et in nomine tuo spernemus insurgentes in nobis
Ps 43, 07 : non enim in arcu meo sperabo et gladius meus non salvabit me
Ps 43, 08 : salvasti enim nos de adfligentibus nos et odientes nos confudisti
Ps 43, 09 : in Deo laudabimur tota die et in nomine tuo confitebimur in saeculum diapsalma
Ps 43, 10 : nunc autem reppulisti et confudisti nos et non egredieris in virtutibus nostris
Ps 43, 11 : avertisti nos retrorsum post inimicos nostros et qui oderunt nos diripiebant sibi
Ps 43, 12 : dedisti nos tamquam oves escarum et in gentibus dispersisti nos
Ps 43, 13 : vendidisti populum tuum sine pretio et non fuit multitudo in commutationibus nostris
Ps 43, 14 : posuisti nos obprobrium vicinis nostris subsannationem et derisum his qui in circuitu nostro
Ps 43, 15 : posuisti nos in similitudinem gentibus commotionem capitis in populis
Ps 43, 16 : tota die verecundia mea contra me est et confusio faciei meae cooperuit me
Ps 43, 17 : a voce exprobrantis et obloquentis a facie inimici et persequentis
Ps 43, 18 : haec omnia venerunt super nos nec obliti sumus te et inique non egimus in testamento tuo
Ps 43, 19 : et non recessit retrorsum cor nostrum et declinasti semitas nostras a via tua
Ps 43, 20 : quoniam humiliasti nos in loco adflictionis et cooperuit nos umbra mortis
Ps 43, 21 : si obliti sumus nomen Dei nostri et si; expandimus manus nostras ad deum alienum
Ps 43, 22 : nonne Deus requiret ista ipse enim novit abscondita cordis quoniam propter te mortificamur omni die aestimati sumus sicut oves occisionis
Ps 43, 23 : exsurge quare dormis Domine exsurge et; ne repellas in finem
Ps 43, 24 : quare faciem tuam avertis oblivisceris inopiae nostrae et tribulationis nostrae
Ps 43, 25 : quoniam humiliata est in pulvere anima nostra conglutinatus est in terra venter noster
Ps 43, 26 : exsurge adiuva nos et redime nos propter nomen tuum

Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto sicut erat in principio et nunc et semper et in sæcula sæculorum. Amen.



COMMENTAIRE de SAINT AMBROISE sur le PSAUME 43

Que Dieu nous éclaire par la Lumière de son Visage

(Ce commentaire fut le dernier travail d'Ambroise, quelques semaines avant sa mort.)

« Pourquoi détournes-tu ton visage ? » Nous croyons que Dieu détourne son visage quand nous sommes dans l'affliction au point que les ténèbres recouvrent notre cœur et empêchent nos yeux de recevoir l'éclat de la vérité ! En effet, si Dieu veille sur notre intelligence et daigne visiter notre esprit, nous sommes certains que rien ne pourra nous plonger dans l'obscurité. Car le visage de l'homme est plus lumineux que les autres membres de son corps ; et, lorsque nous regardons quelqu'un, nous le découvrons s'il est inconnu, et nous le reconnaissons s'il est connu, parce qu'il ne peut échapper à notre regard. Or, combien plus le visage de Dieu éclaire-t-il celui qu'il regarde ?

La belle parole de l'Apôtre, qui est vraiment l'interprète du Christ, concerne cela comme le reste, pour éclairer vos esprits par une pensée et une sentence appropriées. Il affirme en effet : « Dieu a dit : Que la lumière brille au milieu des ténèbres. Et c'est lui-même qui a brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire qui rayonne sur le visage du Christ ». Nous venons d'apprendre quel endroit de notre être reçoit la lumière du Christ. Il est en effet le rayon éternel des cœurs, et le Père l'a envoyé sur la terre pour que nous soyons éclairés par son visage. C'est ainsi que nous pouvons contempler les réalités éternelles et célestes, alors que nous étions auparavant captifs de l'obscurité terrestre.

Pourquoi parler du Christ, alors que l'Apôtre Pierre a dit à l'homme boiteux de naissance : « Regarde-nous ? » Il regarda Pierre et fut éclairé par la grâce de la foi. Car il n'aurait pas été guéri s'il n'avait pas cru.

Par conséquent, alors qu'il y avait une telle gloire chez les Apôtres, quand Zachée apprit le passage du Seigneur Jésus, il monta sur un arbre, parce que sa petite taille l'empêchait de le voir au milieu de la foule. Il vit le Christ et il trouva la lumière, il le vit, et lui, qui auparavant dérobait l'argent des autres, apporta le sien.

« Pourquoi détournes-tu ton visage ? » C'est-à-dire : Bien que tu détournes de nous ton visage, cependant, « la lumière de ton visage, Seigneur, est imprimée en nous ». Nous le gardons en nous et il resplendit dans notre cœur, car personne ne pourrait survivre si tu détournais ton visage.

Saint Ambroise de Milan (340-397)

R