Le Psaume 48 (49) en français (La Bible de Jérusalem, 1998) :

Ps 48, 1 : Du maître de chant. Des fils de Coré. Psaume.
Ps 48, 2 : Écoutez ceci, tous les peuples, prêtez l'oreille, tous les habitants du monde,
Ps 48, 3 : gens du commun et gens de condition, riches et pauvres ensemble !
Ps 48, 4 : Ma bouche énonce la sagesse, et le murmure de mon coeur, l'intelligence;
Ps 48, 5 : je tends l'oreille à quelque proverbe, je résous sur la lyre mon énigme.
Ps 48, 6 : Pourquoi craindre aux jours de malheur ? La malice me talonne et me cerne
Ps 48, 7 : eux se fient à leur fortune, se prévalent du surcroît de leur richesse.
Ps 48, 8 : Mais l'homme ne peut acheter son rachat ni payer à Dieu sa rançon
Ps 48, 9 : il est coûteux, le rachat de son âme, et il manquera toujours
Ps 48, 10 : pour que l'homme survive et jamais ne voie la fosse.
Ps 48, 11 : Or, il verra mourir les sages, périr aussi le fou et l'insensé, qui laissent à d'autres leur fortune.
Ps 48, 12 : Leurs tombeaux sont à jamais leurs maisons, et leurs demeures d'âge en âge; et ils avaient mis leur nom sur leurs terres !
Ps 48, 13 : L'homme dans son luxe ne comprend pas, il ressemble au bétail muet.
Ps 48, 14 : Ainsi vont-ils, sûrs d'eux-mêmes, et finissent-ils, contents de leur sort.
Ps 48, 15 : Troupeau que l'on parque au shéol, la Mort les mène paître, les hommes droits domineront sur eux. Au matin s'évanouit leur image, le shéol, voilà leur résidence !
Ps 48, 16 : Mais Dieu rachètera mon âme des griffes du shéol, et me prendra.
Ps 48, 17 : Ne crains pas quand l'homme s'enrichit, quand s'accroît la gloire de sa maison.
Ps 48, 18 : À sa mort, il n'en peut rien emporter, avec lui ne descends pas sa gloire.
Ps 48, 19 : Son âme qu'en sa vie il bénissait et l'on te loue d'avoir pris soin de toi
Ps 48, 20 : ira rejoindre la lignée de ses pères qui plus jamais ne verront la lumière.
Ps 48, 21 : L'homme dans son luxe ne comprend pas, il ressemble au bétail muet.

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.



Le Psaume 48 (49) en français (AELF : Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones) :

Ps 48, 02 : Écoutez ceci, tous les peuples, entendez bien, habitants de l'univers,
Ps 48, 03 : gens illustres, gens obscurs, riches et pauvres, tous ensemble.
Ps 48, 04 : Ma bouche dira des paroles de sagesse, les propos clairvoyants de mon cœur ;
Ps 48, 05 : l'oreille attentive aux proverbes, j'exposerai sur la cithare mon énigme.
Ps 48, 06 : Pourquoi craindre aux jours de malheur ces fourbes qui me talonnent pour m'encercler,
Ps 48, 07 : ceux qui s'appuient sur leur fortune et se vantent de leurs grandes richesses ?
Ps 48, 08 : Nul ne peut racheter son frère ni payer à Dieu sa rançon :
Ps 48, 09 : aussi cher qu'il puisse payer, toute vie doit finir.
Ps 48, 10 : Peut-on vivre indéfiniment sans jamais voir la fosse ?
Ps 48, 11 : Vous voyez les sages mourir : comme le fou et l'insensé ils périssent, laissant à d'autres leur fortune.
Ps 48, 12 : Ils croyaient leur maison éternelle, + leur demeure établie pour les siècles ; sur des terres ils avaient mis leur nom.
Ps 48, 13 : (R) L'homme comblé ne dure pas : il ressemble au bétail qu'on abat.
Ps 48, 14 : Tel est le destin des insensés et l'avenir de qui aime les entendre :
Ps 48, 15 : troupeau parqué pour les enfers et que la mort mène paître. A l'aurore, ils feront place au juste ; dans la mort, s'effaceront leurs visages : pour eux, plus de palais !
Ps 48, 16 : Mais Dieu rachètera ma vie aux griffes de la mort : c'est lui qui me prendra.
Ps 48, 17 : Ne crains pas l'homme qui s'enrichit, qui accroît le luxe de sa maison :
Ps 48, 18 : aux enfers il n'emporte rien ; sa gloire ne descend pas avec lui.
Ps 48, 19 : De son vivant, il s'est béni lui-même : « On t'applaudit car tout va bien pour toi ! »
Ps 48, 20 : Mais il rejoint la lignée de ses ancêtres qui ne verront jamais plus la lumière.
Ps 48, 21 : (R) L'homme comblé qui n'est pas clairvoyant ressemble au bétail qu'on abat.

Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.



Le Psaume 48 (49) en latin (La Vulgate) :

Ps 48, 01 : In finem filiis Core psalmus
Ps 48, 02 : Audite haec omnes gentes auribus percipite omnes qui habitatis orbem
Ps 48, 03 : quique terriginae et filii hominum in unum dives et pauper
Ps 48, 04 : os meum loquetur sapientiam et meditatio cordis mei prudentiam
Ps 48, 05 : inclinabo in parabolam aurem meam aperiam in psalterio propositionem meam
Ps 48, 06 : cur timebo in die malo iniquitas calcanei mei circumdabit me
Ps 48, 07 : qui confidunt in virtute sua et in multitudine divitiarum suarum gloriantur
Ps 48, 08 : frater non redimit redimet homo non dabit Deo placationem suam
Ps 48, 09 : et pretium redemptionis animae suae et laboravit in aeternum
Ps 48, 10 : et vivet adhuc; in finem
Ps 48, 11 : non videbit interitum cum viderit sapientes morientes simul insipiens et stultus peribunt et relinquent alienis divitias suas
Ps 48, 12 : et; sepulchra eorum domus illorum in aeternum tabernacula eorum in progeniem et progeniem vocaverunt nomina sua in terris suis
Ps 48, 13 : et homo cum in honore esset non intellexit conparatus est iumentis insipientibus et similis factus est illis
Ps 48, 14 : haec via illorum scandalum ipsis et postea in ore suo conplacebunt diapsalma
Ps 48, 15 : sicut oves in inferno positi sunt mors depascet eos et dominabuntur eorum iusti in matutino et auxilium eorum veterescet in inferno a gloria eorum
Ps 48, 16 : verumtamen Deus redimet animam meam de manu inferi cum acceperit me diapsalma
Ps 48, 17 : ne timueris cum dives factus fuerit homo et cum multiplicata fuerit gloria domus eius
Ps 48, 18 : quoniam cum interierit non sumet omnia neque descendet cum eo pone; gloria eius Ps 48, 19 : quia anima eius in vita ipsius benedicetur confitebitur tibi cum benefeceris ei
Ps 48, 20 : introibit usque in progenies patrum suorum usque in aeternum non videbit lumen
Ps 48, 21 : homo in honore cum esset non intellexit conparatus est iumentis insipientibus; et similis factus est illis

Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto sicut erat in principio et nunc et semper et in sæcula sæculorum. Amen.

C

Sermon de Saint Ambroise sur le Psaume 48 : « Un seul médiateur, Jésus Christ » :

Saint Ambroise place dans la bouche du Christ ce verset du psaume :

Un frère ne rachète pas, c'est l'homme qui rachètera, et il ne fournira pas à Dieu son expiation, ni la rançon qui rachète sa vie. Alors pourquoi craindre au jour du malheur ? Car rien ne peut me nuire, à moi qui, non seulement n'ai pas besoin de rédempteur, mais qui suis moi-même le rédempteur de tous. Je vais délivrer les autres et je tremblerais pour moi-même ? Voici que je vais faire toutes choses nouvelles, moi qui suis au-dessus d'un simple sentiment de parenté, au-delà de la tendresse familiale. Celui que le frère, né du même sein maternel, ne peut racheter, parce qu'il est emprisonné dans la faiblesse d'une nature égale, l'homme le rachètera, mais cet homme, dont il est écrit que le Seigneur enverra l'homme qui les sauvera, et qui a dit de lui-même : Vous cherchez à me faire mourir, moi l'homme qui vous ai dit la vérité.

Mais, bien qu'il soit un homme, qui pourrait le connaître ? Et pourquoi personne ne peut-il le connaître ? Parce que, comme il n'y a qu'un seul Dieu, il n'y a qu'un seul médiateur entre Dieu et les hommes, un homme : Jésus Christ. C'est lui, le seul qui rachète l'homme, dépassant ses frères par sa tendresse ; car il a versé son sang pour des étrangers, et c'est une offrande que personne ne peut présenter même pour son frère. C'est pourquoi il n'a pas refusé son propre corps, afin de nous racheter du péché ; et il s'est donné lui-même en rançon pour tous, comme l'affirmait son témoin véridique, l'Apôtre Paul : Je dis vrai, je ne mens pas.

Mais pourquoi est-il le seul qui puisse racheter ? Parce que personne ne peut l'égaler en tendresse : il donne sa vie pour ses pauvres serviteurs ; personne ne peut égaler l'intégrité de sa nature humaine, car tous les hommes sont soumis au péché, à la déchéance d'Adam. Seul est choisi pour rédempteur celui qui ne peut être accusé de l'antique péché. Comprenons donc que c'est un homme, le Seigneur Jésus Christ, qui a endossé la condition de l'homme pour crucifier dans sa chair le péché de tous et pour effacer par son sang la reconnaissance de dette qui pesait sur tous.

Mais tu diras peut-être : Comment nier que le frère peut racheter, quand lui-même a dit : J'annoncerai ton nom à mes frères ? Non, ce n'est pas comme notre frère; c'est comme l'homme Jésus Christ, en qui était Dieu, qu'il nous a remis nos péchés. Car il est écrit : C'est Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui, dans ce Christ Jésus, le seul dont il est dit : Le Verbe s'est fait chair et il a demeuré parmi nous. Ce n'est donc pas en qualité de frère, mais en qualité de Seigneur qu'il a demeuré parmi nous, lorsqu'il demeurait dans la chair.


Le Rédempteur de tous

Puisque le Christ a réconcilié le monde avec Dieu, Lui-même, évidemment, n'a pas eu besoin de réconciliation. Pour quel péché aurait-il expié, en effet, Lui qui n'a commis aucun péché ? Lorsque les Juifs réclamaient le didrachme qu'on versait à cause du péché, selon la loi, il avait dit à Pierre : Simon, les rois de la terre, de qui reçoivent-ils taxe et impôt : de leurs enfants ou des étrangers ? Pierre répondit : Des étrangers. Le Seigneur lui dit alors : Donc, les enfants n'y sont pas soumis. Mais pour ne pas les heurter, jette l'hameçon, saisis le premier poisson ; et, en lui ouvrant la bouche, tu trouveras un statère : prends-le et donne-le pour moi et pour toi.

Il montre ainsi qu'il ne doit pas expier les péchés pour Lui-même, parce qu’Il n'était pas esclave du péché ; comme Fils de Dieu, Il était libre de toute erreur. En effet, le Fils libère, tandis que l'esclave est assujetti au péché. Donc Celui qui est entièrement libre n'a pas à payer rançon pour Sa vie, et Son sang pouvait être une rançon surabondante pour racheter tous les péchés de l'univers. Il est normal qu’Il libère les autres, Celui qui ne doit rien pour Lui-même.

J'irai plus loin. Non seulement le Christ ne doit pas verser la rançon de Sa propre rédemption ni expier pour Son propre péché, mais encore, si tu considères n'importe quel homme, il est compréhensible que chacun d'eux ne doit pas expier pour lui-même. Car le Christ est l'expiation de tous, la rédemption de tous.

Quel homme pourra se racheter par son propre sang, alors que le Christ a versé son Sang pour le rachat de tous ? Y a-t-il un seul homme dont le sang puisse être comparé à Celui du Christ ? Ou y a-t-il un homme assez puissant pour fournir son expiation en surplus de celle qui a été offerte en sa propre personne par le Christ qui, à Lui seul, a réconcilié le monde avec Dieu par son Sang ? Y a-t-il une victime plus noble, un sacrifice plus éminent, un avocat meilleur que Celui qui s'est fait supplication pour les péchés de tous et qui a donné Sa vie en rédemption pour nous ?

Il n'y a donc pas à chercher une expiation ou une rédemption individuelle, parce que le Sang versé en rançon pour tous est Celui du Christ. C'est par ce Sang que le Seigneur Jésus nous a rachetés, Lui qui, seul, nous a réconciliés avec le Père. Et Il a accompli Son labeur jusqu'au bout, car Il a pris sur Lui notre labeur, Lui qui dit : Venez à moi, vous tous qui êtes accablés par le labeur, et je vous relèverai.


Saint Ambroise de Milan (340-397)

C